Merlebleu de l'Ouest, réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de Ryan Hetschko)

Merlebleu de l'Ouest, réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de Ryan Hetschko)

Merlebleu de l'Ouest (Photo de Tim Zurowski)

Merlebleu de l'Ouest (Photo de Tim Zurowski)

Merlebleu de l'Ouest (population côtière)

Reconnu comme annonciateur du printemps, le chant discret du merlebleu de l’Ouest se fait entendre au retour du beau temps, lorsque les fleurs sauvages commencent à s’épanouir dans l’Ouest canadien.

Le retour du merlebleu de l’Ouest

Autrefois commun sur l’île de Vancouver et dans les îles Gulf (C.‑B.), le merlebleu de l’Ouest en était pourtant pratiquement disparu en 1995. Ce déclin est probablement attribuable à une combinaison de perte d’habitats dans des écosystèmes de chênes de Garry, à l’élimination des chicots (arbres morts restés debout) qui lui fournit des cavités de nidification, et de la concurrence pour l’occupation des cavités causée par la présence de l’étourneau sansonnet et du moineau commun, deux espèces introduites.

Inspirée par le succès d’un projet de réintroduction de l'espèce dans les îles voisines de San Juan (État de Washington), Conservation de la nature Canada (CNC) s'est joint à l’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry (ERECG), la Cowichan Valley Naturalists' Society, la Ecostudies Institute et la Province de la Colombie-Britannique pour réintroduire des merlebleus de l'Ouest dans la vallée de Cowichan.

Le projet Bring Back the Bluebirds a pour objectif de rétablir une population nicheuse de merlebleu de l’Ouest dans le sud-est de l’île de Vancouver et le sud des îles Gulf en installant des nichoirs dans des habitats appropriés et en procédant à des transferts d'oiseaux, soit en capturant, transportant et relâchant des oiseaux d’une zone à une autre.

De 2012 à 2016, 56 adultes et 64 oisillons encore au nid ont été transférés à partir de la population saine la plus proche, dans l’État de Washington. La réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, une propriété de CNC à Duncan, en Colombie-Britannique, a été le premier site de remise en liberté. La réserve continue d'être un site actif pour les merlebleus qui reviennent chaque année et qui utilisent les nombreux nichoirs installés. On peut d'ailleurs souvent les voir voler et se percher dans les chênes de Garry.

Depuis 2017, la Cowichan Valley Naturalists’ Society coordonne ce projet. Grâce à l’engagement des communautés et au travail acharné des bénévoles, cet organisme veille à ce que le réseau de plus de 200 nichoirs répartis sur près de 70 propriétés privées continue de fournir des sites de nidification aux merlebleus de l’Ouest et à d’autres oiseaux indigènes nichant dans des cavités.

Un succès fragile

Les efforts de transfert de cette espèce migratrice ont été couronnés de succès. Chaque printemps, un plus grand nombre d’adultes retournent sur l’île de Vancouver et dans les îles San Juan; certains individus se déplacent même entre ces deux régions. Toutefois, cette petite population demeure vulnérable, et c’est pourquoi d’autres transferts pourraient être nécessaires pour assurer la présence permanente de l’espèce sur l’île de Vancouver.

La réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan est l’un des derniers et plus intacts vestiges des écosystèmes de chênes de Garry au monde.

Chaque printemps, le retour du merlebleu de l’Ouest dans la vallée Cowichan fait le bonheur des visiteurs et du personnel et ravive l’espoir que l’espèce se réinstallera pour de bon dans la région.

À quoi ressemble cette espèce?

Membre de la famille des grives, le merlebleu de l’Ouest a la tête et les ailes bleu vif. La couleur orange rouille de son poitrail s’étend souvent jusqu’à son dos. Le mâle est plus grand que la femelle et son plumage est de couleur plus vive que celui de cette dernière, dont la robe tire sur le brun grisâtre.

Où vit cette espèce?

L’aire de répartition du merlebleu de l’Ouest s’étend de la Colombie-Britannique et de l’Alberta jusqu’au centre-sud du Mexique, en passant par l’ouest des États-Unis. Six sous-espèces ont été identifiées, dont deux sont présentes au Canada. La population côtière se trouve dans la région de la mer des Salish, au sud-ouest de la Colombie-Britannique et dans l’ouest de l’État de Washington. Dès l’automne, cette espèce, qui migre sur de courtes distances, s’envole vers ses zones d’hivernage en Oregon, en Californie et au Mexique. Elle revient à la fin de février et en mars et fait partie des premières espèces d’oiseaux migrateurs à réapparaître au printemps.

Où niche cette espèce?

Le merlebleu de l’Ouest est un nicheur cavicole, ce qui signifie qu’il niche dans les cavités d'arbres vivants ou morts. Comme il ne peut creuser son propre nid, il dépend de cavités naturelles, de vieux nids de pics ou de nichoirs à oiseaux.

Comment se nourrit cette espèce?

Ce prédateur de petite taille se perche sur les branches basses, les clôtures et les arbustes, d’où il scrute le sol à la recherche d’insectes à manger. Une fois sa proie repérée, il fond sur elle pour s’en emparer. Il préfère les grands espaces ouverts avec des herbes basses, afin de voir facilement les insectes qui se déplacent au sol.

Le chêne de Garry

La population côtière du merlebleu de l’Ouest habite les boisés clairsemés, tels que les savanes de chênes de Garry. Ces écosystèmes, qui occupent aujourd’hui moins de 5 % de leur superficie originelle au Canada, comptent parmi les plus menacés au pays.

Liens d'intérêt (en anglais)

Back from the brink - birds package : Vous pouvez aider le merlebleu de l'Ouest et deux autres espèces menacées ou en voie de disparition en vous procurant un cadeau symbolique tiré de notre collection Gifts of Canadian nature (La nature en cadeau)

Bring Back the Bluebirds

Cowichan Valley Naturalists' Society

Ecostudies Institute

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien