Polémoine de Van Brunt (Photo de Joanie Bélanger, BEA)

Polémoine de Van Brunt (Photo de Joanie Bélanger, BEA)

Épinette rouge (Photo de jlmason, iNaturalist, CC BY-NC 4.0)

Épinette rouge (Photo de jlmason, iNaturalist, CC BY-NC 4.0)

Épinette rouge

L’épinette rouge est un conifère de taille moyenne et l’arbre emblématique de la Nouvelle-Écosse. Certains spécimens peuvent vivre plus de 400 ans et atteindre 25 mètres de hauteur, avec un tronc dont la base est de 60 centimètres de diamètre.

À quoi ressemble cette espèce?

La forme conique de l’épinette rouge atteint presque le sol, offrant ainsi un important abri hivernal aux animaux. Cette épinette se reconnaît à ses aiguilles jaune-vert, de 10 à 16 millimètres de long, courbées et à quatre côtés. Les spécimens matures produisent des cônes ovales brun foncé de 3 à 5 centimètres de long et aux écailles largement distancées qui s’ouvrent à l’automne. L’écorce de l’épinette rouge est brun rougeâtre et se sépare en écailles ou en plaques en vieillissant.

Où pousse cette espèce?

L’espèce est présente partout en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick. De plus petites populations se trouvent au Québec, le long du fleuve Saint-Laurent, et en Ontario, dans la région des hautes-terres du parc Algonquin. L’épinette rouge pousse dans des sols humides et bien drainés et se développe en altitude, comme celles trouvées dans toute la région de la forêt acadienne.

Quel est le rôle écologique de cette espèce?

Les branches basses de l’épinette rouge constituent un habitat hivernal important pour l’orignal, le cerf et d’autres espèces qui cherchent à échapper aux fortes chutes de neige. Lorsque les cônes de l’arbre s’ouvrent à l’automne, les écureuils et les oiseaux, comme le bec-croisé bifascié, la paruline verte à gorge noire et le grand pic, comptent sur les graines qu’ils contiennent pour faire des réserves pendant les mois d’hiver.

Quel est le statut de conservation de cette espèce?

Bien que l’épinette rouge soit classée comme préoccupation mineure par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’espèce demeure particulièrement sensible aux dommages causés par le vent et les pluies acides. Le développement et son utilisation intensive dans l’industrie du bois ont raréfié les vieilles forêts d’épinettes rouges dans les Maritimes.

Que fait CNC pour protéger l’habitat de cette espèce?

Même s’il ne reste que 5 % de toutes les forêts matures sur la côte est du Canada, Conservation de la nature Canada (CNC) prend des mesures pour protéger les forêts anciennes de la région et, en particulier, les peuplements d’épinettes rouges comme ceux de la réserve naturelle du lac Abraham. CNC travaille en étroite collaboration avec les communautés et les bénévoles de l’ensemble des Maritimes pour conserver et promouvoir la croissance de l’épinette rouge et de la forêt acadienne, d’une grande richesse écologique, dans des zones telles que Riverside-Albert et la rivière Percival.

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien