Trilles blancs, forêt de Happy Valley, Ontario (photo de CNC)

Trilles blancs, forêt de Happy Valley, Ontario (photo de CNC)

Forêts anciennes 101

Haida Gwaii, C.-B. (Photo de Tim Ennis/CNC)

Haida Gwaii, C.-B. (Photo de Tim Ennis/CNC)

Pourquoi les forêts anciennes sont-elles importantes?

Lorsqu’on évoque l’image d’une forêt en santé, les arbres morts ou moribonds en sont généralement absents. Pourtant, tous les experts forestiers vous diront que ces arbres sont des éléments essentiels d’un écosystème forestier en santé et qu’ils représentent une importante caractéristique des forêts anciennes.

Les forêts anciennes sont celles qui n’ont pas subi de perturbations importantes, telles que des feux de forêt et des coupes à blanc, depuis un siècle ou plus selon le type de forêt. Cependant, il n’est pas facile de déterminer l’âge exact à partir duquel une forêt devient ancienne, car la composition et la durée de vie d’une forêt varient considérablement en fonction du climat, de la géographie et du sol.

Quelles sont les caractéristiques particulières des forêts anciennes?

Les forêts anciennes sont constituées d’arbres de toutes les phases du cycle de vie, notamment :

  • des arbres immatures (gaules);
  • des arbres adultes;
  • des restes de troncs d’arbres dressés (chicots);
  • des arbres en décomposition au sol.

Les chicots et les arbres en décomposition servent d’abris à plusieurs espèces de plantes, de champignons, d’invertébrés, de salamandres et de serpents. C’est pourquoi les forêts anciennes sont des hauts lieux de biodiversité et servent de refuges à plusieurs espèces en péril.

« Pour protéger les forêts anciennes, on doit respecter les arbres mûrs, c’est-à-dire les laisser mourir de leur mort naturelle et les laisser s’effondrer au sol, même s’ils sont malades », indique Mark Stabb, directeur des programmes du centre de l’Ontario à Conservation de la nature Canada (CNC).

Pourquoi les arbres morts et moribonds sont-ils importants?

Les arbres morts modifient considérablement la structure et la composition de la forêt, mais des arbres immatures cherchent à prendre leur place.

« C’est ce qui nous aide à comprendre comment les forêts réagissent aux maladies et aux perturbations naturelles telles que les incendies et les tornades », précise M. Stabb.

À quoi ressemble une forêt ancienne?

« Il reste très peu de forêts anciennes si on compare à il y a quelques centaines d’années », indique M. Stabb.

Cependant, le milieu naturel de la forêt de Happy Valley, en Ontario, qui a plus de 200 ans, est un bon exemple d’une forêt ancienne. Située à seulement 35 km de Toronto, cette forêt de 2 851 acres (1 154 hectares) est la mieux conservée des forêts matures d’érables à sucre et de chênes caractéristiques de la moraine d’Oak Ridges.

La forêt de Happy Valley procure un habitat essentiel à plus de 110 espèces d’oiseaux nicheurs, comme le moucherolle vert, d’importance nationale, et la paruline azurée, ainsi qu’à des amphibiens comme la salamandre de Jefferson.

Quelles sont les mesures prises par CNC dans ce domaine?

CNC travaille partout au pays au recensement et à la protection des forêts anciennes jugées importantes aux fins de conservation.

Le docteur Henry Barnett, propriétaire d’une terre que CNC a contribué à protéger dans la forêt de Happy Valley, a joué un rôle important en encourageant ses voisins à placer leurs propriétés sous la protection d’un statut de conservation. Il fait remarquer ceci :

« Nous avons réussi à protéger plus de 747acres (302 hectares) de forêts jusqu’à maintenant et nous espérons que la forêt de Happy Valley pourra vraiment devenir un jour une forêt ancienne. »

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197