Réserve naturelle d'Escuminac

Employés de CNC avec certains membres de la famille Maxfield durant une visite de la propriété, Point Escuminac, NB (Photo par Mike Dembeck)

Employés de CNC avec certains membres de la famille Maxfield durant une visite de la propriété, Point Escuminac, NB (Photo par Mike Dembeck)

Un trésor écologique précieux

Grâce à un généreux don offert par une famille, Conservation de la nature Canada (CNC) est maintenant propriétaire de neuf parcelles de terres écosensibles situées à Escuminac, à environ 55 kilomètres à l’est de Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Ces sites, qui couvrent au total 634 acres (256 hectares), s’étendent de part et d’autre de la pointe d’Escuminac, avec des zones riveraines bordant la baie de Miramichi et le détroit de Northumberland, des lieux qui abritent des habitats et des espèces parmi les plus rares du Canada atlantique. Le projet a été annoncé en 2013.

Donateurs

Conservation de la nature Canada (CNC) remercie la famille Maxfield pour ce don admirable.

Des dons individuels ont été reçus de madame Margaret Maxfield (mère) et de ses enfants, Daniel Maxfield, David Maxfield (Kathy Becker) et Elaine Starling (J.D.).

La famille, domiciliée aux États-Unis, avait acheté cette terre en 1980. Le père, un professeur invité de l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton, avait eu un coup de cœur pour la région. Chaque saison estivale, la famille remplissait la voiture et se rendait dans ces lieux, situés dans l’est du Nouveau-Brunswick. Sur place, ils vivaient littéralement de la terre et de ce qu’ils trouvaient sur les plages.

(L'article se continue sous la vidéo (anglais seulement).)

Or, aujourd’hui les enfants ont grandi et vivent très loin. Ils souhaitent désormais que le site soit protégé.

« Nous aimons ce magnifique territoire et voulons nous en souvenir tel qu’il a toujours été. C’est pour nous un plaisir de donner cette propriété à Conservation de la nature Canada, car nous savons ainsi que quelqu’un en prend soin, même s’il nous est impossible d’être sur les lieux. De cette façon, c’est certain que cette terre demeurera dans le même état de pureté qu’à l’époque où nous étions enfants », a déclaré David Maxfield.

Valeur en conservation

Escuminac est considérée par CNC comme hautement prioritaire pour la conservation. Il s’agit en effet d’une des dernières aires où le pluvier siffleur, une espèce en voie de disparition à l’échelle nationale, peut nidifier et élever ses petits sans risque d’être dérangé.

Les plages d’Escuminac comportent des habitats essentiels où nidifient 25 pour cent de la population de pluviers siffleurs du Nouveau-Brunswick. On y trouve des falaises de tourbe (un phénomène naturel rare), là où la mer érode les bords d’une ancienne tourbière côtière vieille de 9 000 ans, exposant ainsi des forêts fossilisées.

Ce littoral diversifié se compose entre autres de forêts, de tourbières, de marais salés, de plages sablonneuses et d’herbiers de zostères marines. C’est également un paradis pour les ornithologues : des nuées d’oiseaux aquatiques se rassemblent au large, pendant que des pygargues à tête blanche, des balbuzards pêcheurs et des busards St-Martin survolent ces milieux humides ouverts et que les oiseaux de rivages se nourrissent et se reposent sur la plage et dans les étangs.

Quelques faits

  • Ces propriétés englobent partiellement les plages d’Escuminac, qui sont une Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO), ainsi que deux zones écologiquement importantes du Nouveau-Brunswick.
  • Plusieurs des propriétés font face à la baie de Miramichi, dont la population de canards de mer figure parmi les plus importantes de la province, selon les recensements printaniers.
  • Les propriétés comportent un vieux peuplement forestier de thuya occidental, ainsi que des peuplements purs de bois tendre (épinette et sapin ou mélèze), des peuplements mixtes et des peuplements purs de feuillus. Le peuplier, l’érable rouge et le bouleau à papier figurent parmi les espèces de feuillues dominantes.
  • Sur ces propriétés poussent dix espèces végétales rares à l’échelle provinciale, dont la woodwardie de Virginie, la patience élevée, le bouleau nain et la platanthère à gorge frangée.

Soutien

Conservation de la nature Canada remercie les organisations suivantes, dont le soutien financier a permis la réalisation de ce projet :

  • le Programme de conservation des zones naturelles du gouvernement du Canada
  • Enbridge Inc.
  • le United States Fish and Wildlife Service, par le truchement du North American Wetlands Conservation Act
  • American Friends of Nature Conservancy of Canada, Inc.
  • Rayworth & Roberts Surveys Ltd.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197