Utilisation des terres

Randonneurs  à Darkwoods, en Colombie-Britannique (Photo de CNC)

Randonneurs à Darkwoods, en Colombie-Britannique (Photo de CNC)

Pour Conservation de la nature Canada (CNC), la gestion des terres vise le maintien et l’amélioration des écosystèmes, des communautés écologiques et des espèces ciblés grâce à des rapports scientifiques et des plans de conservation. S’il importe avant tout de protéger ces terres afin de préserver leur valeur écologique, leur conservation profitera également aux Canadiens, aujourd’hui et pour des générations à venir.

CNC concentre ses actions dans les régions méridionales du Canada, où les besoins sont les plus grands. En effet, 85 % de nos espèces en péril et 90 % de la population canadienne se partagent ce même espace vital. La plupart des terres protégées par CNC sont accessibles au public pour des activités piétonnières et non commerciales, comme la randonnée et le ski de fond, et parfois aussi pour la chasse avec permis (selon les lois provinciales et municipales).

Conservation citoyenne

En plus de permettre l’accès à la plupart de ses terres, CNC a établi des programmes permettant aux citoyens d’explorer ses propriétés tout en contribuant à la protection de l’environnement. Les programmes Bénévoles pour la conservation, les stages en conservation et les Journées-nature font partie de ces mesures d’action citoyenne.

Restriction de l’accès au public

Il est possible que sur certaines propriétés, jugées trop vulnérables au plan écologique, l’accès au public soit interdit. Dans ce cas, CNC l’aura indiqué de façon claire grâce à l’installation de panneaux. De telles restrictions peuvent être émises pour l’une ou plusieurs des raisons suivantes :

  1. Des activités récréatives pourraient avoir un effet négatif sur la valeur écologique d’une propriété dont la protection est désignée comme cruciale. Dans ce cas, à part le fait que la chasse y soit interdite, l’accès peut en être restreint pour une grande variété d’activités.
  2. Une question de sécurité publique, une préoccupation liée à la communauté ou une instance gouvernementale interdit la tenue de certaines activités récréatives.
  3. Un accès public va à l’encontre de la volonté du donateur qui a permis la mise en place d’une entente de conservation pour sa propriété, ou qui a fait don de sa terre.
  4. L’accès est interdit par le propriétaire foncier de terres protégées par une entente de conservation.

Pour en savoir plus

Avant de vous rendre sur une propriété protégée par CNC pour y exercer une quelconque activité récréative, veuillez communiquer avec nous.

Région de l’Atlantique>

Québec>

Ontario >

Manitoba>

Saskatchewan>

Alberta >

Colombie-Britannique>


Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien