Boisé Papineau, Laval, Qc (Photo de CNC)

Boisé Papineau, Laval, Qc (Photo de CNC)

Loutre de rivière

Ce mammifère enjoué s’amuse follement d’un bout à l’autre du Canada.

À quoi ressemble cette espèce?

La loutre de rivière peut mesurer jusqu’à 1,4 m de longueur, du nez à la queue, et pèse environ 9 kg. Sa fourrure brune est imperméable, ses pieds sont palmés, sa queue est longue, et le dessous de son corps est habituellement de couleur pâle. Ses minuscules oreilles se referment sous l’eau et sa fourrure épaisse la garde bien au chaud en eau froide. Pour détecter la présence de nourriture (poissons, palourdes, insectes), elle compte sur ses longues moustaches qui sont très sensibles.

Où vit cette espèce?

La loutre de rivière est présente partout en Amérique du Nord. Au Canada, elle se trouve dans l’ensemble des provinces et des territoires, sauf sur l’Île-du-PrinceÉdouard, d’où elle aurait disparu.

Cette espèce peut s’établir dans divers habitats, comme les rivières, les lacs et les grands ruisseaux, et aime aussi être hors de l’eau. On peut d’ailleurs la voir parfois jouer dans la neige ou glisser sur des pentes boueuses.

Son terrier se trouve habituellement près de l’eau et est souvent aménagé pour être accessible à la fois au niveau du sol et sous l’eau.

Comment se comporte cette espèce?

La loutre de rivière se reproduit de la fin de l’hiver au début du printemps. Bien qu’elle puisse se reproduire chaque année, elle donne habituellement naissance aux 2 ans. Ses petits, de 1 à 6, naissent aveugles et passent le premier mois de leur vie dans le terrier. Dès l’âge de 2 mois, alors qu’ils sont dotés d’une vue normale, ils apprennent de leur mère comment nager. Cette espèce n’hiberne pas. Elle demeure active même sous les surfaces gelées, en respirant par les brèches dans la glace. La loutre de rivière peut retenir son souffle sous l’eau jusqu’à 8 minutes.

Que fait CNC pour protéger l'habitat de cette espèce?

À la fin des années 1800, les populations de loutres de rivière ont décliné de façon considérable en raison des prises excessives et de la pollution de l’eau. Depuis, grâce aux efforts en gestion de la conservation et en réintroduction de l’espèce, les populations se sont rétablies et sont maintenant stables.

La loutre de rivière dépend d’habitats aquatiques sains pour vivre. Conservation de la nature Canada (CNC) protège de tels habitats à travers le Canada, par exemple, sur la propriété Cherry Meadows, près de Kimberley, en Colombie-Britannique. Située dans le sillon des Rocheuses, cette zone possède de vastes milieux humides qui sont parfaits pour la loutre de rivière.

Pleins feux sur nos sympathisants