Milieu naturel des versants du mont Saint-Étienne (Photo de Corridor appalachien)

Milieu naturel des versants du mont Saint-Étienne (Photo de Corridor appalachien)

Couleuvre royale (photo de Joe Crowley)

Couleuvre royale (photo de Joe Crowley)

Couleuvre royale

Généralement perçus comme des espèces insensibles et agressives, la plupart des serpents de l’Ontario sont en fait de gracieux reptiles au tempérament agréable. Prenons par exemple la couleuvre royale.

Habitat

Ce serpent aquatique non venimeux s’abrite dans des zones aqueuses et rocheuses où il se nourrit d’écrevisses. On le trouve en Ontario et dans l’est des États-Unis, de la Floride jusqu’au fleuve Mississippi, à l’ouest.

Description

Il est difficile de trouver une couleuvre royale, mais une fois repérée, elle est facile à distinguer. Les quatre bandes qui décorent son ventre jaune permettent de la reconnaître, car il s’agit du seul serpent en Amérique du Nord qui possède des traits faisant toute la longueur de son corps. Ses flancs brun olive présentent également une bande jaune caractéristique de l’espèce. À l’âge adulte, ces serpents élancés peuvent mesurer 60 à 90 centimètres de longueur.

Statut de conservation

Malheureusement, la couleuvre royale est une espèce en voie de disparition tant à l’échelle nationale que provinciale. Comme dans le cas de bien des espèces en péril, l’une des principales menaces qui pèsent sur elle est la perte de son habitat (notamment la perte de ses sites d’hibernation), lorsque les cours d’eau nécessaires à sa survie sont perturbés, pollués ou asséchés. Les écrevisses, qui représentent sa principale source d’alimentation, sont également très sensibles à la pollution.

« Les populations de couleuvres royales ont décliné dans de vastes portions de son aire de répartition historique, laissant même certaines zones sans couleuvres royales ou alors dans de très faibles», observe Scott Gillingwater, biologiste des espèces en péril pour l’Upper Thames River Conservation Authority.

Quelles sont les mesures prises par CNC pour protéger cette espèce?

Au cours de l’été 2011, Scott Gillingwater et Cara Copeland (employée de CNC), accompagnés d’une équipe de biologistes, ont relevé la présence de couleuvres royales dans plusieurs sites le long de la rivière Maitland, au cours d’une enquête écologique de la rivière. La réserve naturelle de la vallée de la rivière inférieure Maitland, en Ontario, grâce à son cours d’eau sinueux bordé de rives rocailleuses et de hautes falaises calcaires, offre un habitat idéal pour la couleuvre royale.

« La présence de couleuvres royales est rassurante, car c’est un signe que la rivière Maitland et ses berges sont toujours en santé », note Mme Copeland, biologiste adjointe de la conservation pour le centre-ouest et le centre de l’Ontario. « Les relevés de cet été ont constitué une étape importante pour comprendre la population de couleuvres royales. »

« Nous devons cependant continuer à approfondir nos connaissances sur la répartition, l’abondance, le cycle vital et les besoins en habitat de ce reptile, en Ontario, si nous voulons voir un rétablissement de cette espèce », ajoute-t-elle.

Grâce à sa persévérance et aux partenariats maintenus avec les propriétaires environnants, CNC pourrait contribuer à la réapparition de ce reptile royal le long des rives des cours d’eau de l’Ontario.

Pleins feux sur nos sympathisants

Renouvelez votre soutien en 2020