Milieu naturel des versants du mont Saint-Étienne (Photo de Corridor appalachien)

Milieu naturel des versants du mont Saint-Étienne (Photo de Corridor appalachien)

Tortue-molle à épines (Photo de Ryan M. Bolton)

Tortue-molle à épines (Photo de Ryan M. Bolton)

Tortue-molle à épines

Chaque printemps au Québec, des bénévoles équipé(e)s de pelles et de râteaux s’affairent sur les berges sablonneuses de la rivière aux Brochets, un affluent de la baie Missisquoi du Champlain. Ils et elles procèdent au nettoyage et à la préparation de sites de nidification très prisés des femelles tortue-molle à épines. Puisque ces dernières apparaissent sur les rivages au début de juin, les bénévoles doivent travailler rapidement afin de créer des sites de ponte attrayants et sécuritaires — des hôtels cinq étoiles pour tortues!

De taille moyenne à grande, cette tortue doit son nom à sa carapace souple (rappelant la texture du cuir) et aux petites « épines » trouvées sur le bord avant de sa dossière (carapace dorsale). Cette dernière est de couleur olive à brun clair, avec des taches noires, alors que son plastron (carapace ventrale) est blanc crème. Son cou est long ainsi que son museau; ses pieds palmés sont bien adaptés à la nage.

Où vit cette espèce?

L'aire de répartition de la tortue-molle à épines s'étend des Grands Lacs jusqu'au golfe du Mexique. Au Canada, on ne la trouve que dans le sud de l'Ontario et le sud-ouest du Québec. Elles sont dorénavant absentes de plusieurs régions, dont celle de la rivière des Outaouais et du lac Ontario.

Cette tortue très aquatique fréquente une variété d'habitats aux fonds mous (rivières, lacs, marais et étangs). Ainsi, on la trouvera rarement loin de l'eau. Elle fait son nid sur des surfaces de sable ou de gravier, proches de la rive, et a tendance à retourner aux mêmes sites de nidification et d'hibernation année après année.

Quel est le statut de conservation de cette espèce?

Avec sa carapace plate et molle et son nez fin et long, la tortue-molle à épines attire souvent la curiosité du public. Il s'agit toutefois d'une créature timide et nerveuse qui est très vulnérable. Elle est inscrite sur la liste des espèces en voie de disparition du Canada. Les menaces qui pèsent sur elle comprennent la dégradation de l'habitat en raison de l'aménagement des rives et des barrages, la prédation des nids par les ratons laveurs et les renards, et les collisions avec les bateaux à moteur. Sa vulnérabilité est d'autant plus grande que les femelles n'atteignent pas la maturité sexuelle avant l'âge de 12 à 15 ans et que peu de bébés tortues atteignent l'âge adulte.

Que fait CNC pour protéger l'habitat de cette espèce?

Canadian distribution of spiny softshell turtle (Map by NCC)Conservation de la nature Canada (CNC) protège et restaure l'habitat de la tortue-molle à épines sur ses propriétés du sud de l'Ontario.

CNC participe aussi activement à plusieurs projets visant à protéger cette espèce, y compris, au Québec, la conservation de son habitat, et l'intendance et la restauration de zones protégées sur le lac Champlain et ses environs. CNC y fait d'ailleurs partie d'un partenariat d'organismes qui ont recourt au pistage radioélectrique depuis 1998 pour comprendre les besoins en habitat de la tortue-molle à épines. En documentant les mouvements et la dynamique des populations de cette espèce en voie de disparition, les scientifiques ont identifié les lieux de nidification des tortues femelles à seulement 4 kilomètres de leurs lieux d'hibernation.

Le personnel de CNC est également membre de l'équipe de rétablissement de la tortue-molle à épines et coordonne les bénévoles du groupe SOS Tortues, qui participe au nettoyage des sites de nidification, à la surveillance des nids et à la collecte des coquilles d'œufs à l'automne (information utilisée pour déterminer le nombre de tortues écloses à chaque site de nidification). Ces activités sont financées par un fonds de dotation pour la tortue-molle à épines. Depuis 2009, CNC et ses partenaires participent également à un programme d'incubation artificielle dans le cadre duquel les œufs sont recueillis sur place et les jeunes sont relâchés dans la nature afin d'augmenter le taux d'éclosion.

Grâce à la collaboration entre CNC et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, l'habitat de la tortue-molle à épines est également restauré ailleurs dans la province. L'étang Reynolds, un plan d'eau peu profond relié au lac Champlain, joue un rôle important dans le cycle de vie de cette espèce. L'étang se réchauffe rapidement après la fonte des neiges, et les tortues adultes s'y précipitent dès le printemps pour se nourrir et se réchauffer. Maintenant, l'étang Reynolds est une oasis pour les tortues molles à épines ainsi que pour une foule d'autres espèces, et ce, grâce à la création de sites de repos et à sa connectivité avec le lac Champlain.

CNC mène également un large éventail d'activités éducatives pour faire connaître cette tortue timide au long nez. Il s'agit d'une excellente occasion pour CNC de sensibiliser un public plus large à l'importance de la protection de l'habitat de cette espèce.

Si vous apercevez une tortue au Québec, visitez carapace.ca pour remplir un formulaire d'observation qui contribuera à assurer la protection de ses différentes espèces.

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain