Béluga (Photo de National Oceanic and Atmospheric Administration)

Béluga (Photo de National Oceanic and Atmospheric Administration)

Béluga

Le béluga, également nommé baleine blanche, est une baleine à dents dont le nom vient du russe « belukha », qui signifie blanc. Surnommé « canari des mers », ce mammifère extrêmement volubile émet des sons variés, passant de sifflements aigus à des grognements graves et répétés. Il se sert de l’écholocation, un mode de repérage par réception de l'écho des ultrasons, pour communiquer, s'orienter, chasser dans les eaux troubles et obscures, et pour trouver des trous dans la glace où respirer.

À quoi ressemble cette espèce?

À sa naissance, le béluga est gris ou brun foncé, puis devient blanc entre l'âge de 6 à 8 ans. Il se caractérise par son front arrondi prononcé et son absence de nageoire dorsale, ce qui lui permet de se déplacer facilement sous la glace. Un béluga adulte mesure habituellement entre 2,6 et 4,5 m de longueur et peut peser jusqu’à 1 900 kg.

Où vit cette espèce?

Canadian distribution of beluga whale (Map by NCC)

(Cliquez pour agrandir)

Le béluga occupe les eaux nordiques de l’Alaska, du Canada, du Groenland, de la Norvège et de la Russie. Des 22 populations de bélugas trouvées dans le monde, 7 habitent les eaux canadiennes, plus précisément dans l’estuaire du Saint-Laurent, la baie d’Hudson et l’océan Arctique. L’habitat de cette espèce varie en fonction des saisons et de la progression des débâcles et des englacements.

Lors de la débâcle du printemps, les bélugas se déplacent en groupes le long des glaces de mer et des grandes factures afin d’atteindre leurs habitats estivaux situés dans les eaux côtières peu profondes et les estuaires. À l'automne, ils se déplacent vers les eaux plus profondes; l’hiver venu, les bélugas s'éloignent des côtes pour nager dans les chenaux étroits et linéaires à travers les glaces ainsi que dans les polynies (étendues d'eau libre entourées par les glaces).

Quel est son régime alimentaire?

Le béluga est un grand prédateur qui se nourrit de plus de 50 espèces différentes de petits poissons et d’invertébrés, y compris la morue polaire, le flétan atlantique, l’omble chevalier, les crevettes, le calmar, la pieuvre, les escargots et les vers de mer. Un seul béluga peut consommer quotidiennement jusqu’à 3 % de sa masse corporelle.

Quelles menaces pèsent sur cette espèce?

Le béluga est confronté à de nombreuses menaces, y compris la pollution, la diminution du nombre de proies, les perturbations humaines, la dégradation de l’habitat, les collisions avec les bateaux et les filets de pêche dans lesquels il peut s’empêtrer. Certaines populations peuvent également être affectées par la pollution sonore produite par les bateaux, car elle peut masquer les sons qu'émettent cette espèce.

Quel est son statut de conservation?

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le béluga est une espèce quasi menacée à l’échelle mondiale. Au Canada, ses 7 populations ont été évaluées séparément par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Certaines populations, dont celle de l’estuaire du Saint-Laurent, ont été désignées comme étant en voie de disparition. D’autres populations de bélugas, en particulier dans le Grand Nord, ne sont pas encore en péril.

Que fait CNC pour aider à protéger cette espèce?

Le 8 juin 2016, Shell Canada a cédé à Conservation de la nature Canada des permis d’exploration en mer couvrant une superficie de plus de 860 000 hectares (8 625 km2) dans la mer de Baffin, près de Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster, une aire habitée par le béluga. CNC a cédé ces droits au Gouvernement du Canada aux fins de la création d’une Zone de conservation marine nationale.

Lien d'intérêt (en anglais)

UICN

 

 

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)