Journée bénévole pour la conservation, Governors Island, Île-du-Prince-Édouard (Photo par Heather Tawe)

Journée bénévole pour la conservation, Governors Island, Île-du-Prince-Édouard (Photo par Heather Tawe)

Notre travail

  • Région côtière

    Les dunes de sable de l’Île-du-Prince-Édouard demeurent un écosystème relativement intact, mais elles sont menacées par le développement résidentiel et les utilisations récréatives ainsi que par l'élévation du niveau de la mer. Les îles côtières constituent des sites de nidification isolés pour le grand héron.

    Certains marais salés ont été perdus lorsqu'ils ont été remblayés ou convertis en bassins d'eau douce pour l’élevage de sauvagine. Par contre, les sites restants représentent des écosystèmes naturels très productifs utilisés tant par les oiseaux nicheurs que par les oiseaux migrateurs.

    Le chevalier semipalmé, le canard noir et le bruant à queue aiguë habitent ces marais, ainsi que les plantes tolérantes au sel, telles que la spartine étalée et la glauce maritime.

     

  • Forêts décidues

    Il ne reste presque rien de la Forêt acadienne ancienne de feuillus de l’Île-du-Prince-Édouard. Le déboisement des terres pour l'agriculture, la construction navale et d'autres utilisations ont réduit cette forêt à une simple fraction de son étendue originale. C'est pourquoi les parcelles restantes de forêt acadienne décidue sont si précieuses pour les plantes et les animaux qui y vivent, notamment les oiseaux chanteurs comme le viréo à tête bleue, la grive à dos olive et la paruline noir et blanc.

     

Pleins feux sur nos sympathisants

Destinations Nature - Explorez nos propriétés