Milieu naturel des versants du mont Saint-Étienne (Photo de Corridor appalachien)

Milieu naturel des versants du mont Saint-Étienne (Photo de Corridor appalachien)

Tortue serpentine (Photo de Ontley)

Tortue serpentine (Photo de Ontley)

Tortue serpentine

Véritable char d’assaut du monde naturel, avec son corps musclé et sa puissante mâchoire, la tortue serpentine est la plus grosse tortue d’eau douce du Canada.

À quoi ressemble cette espèce?

La tortue serpentine peut peser jusqu'à 16 kg et sa carapace grandit généralement jusqu’à 35 cm de long, et parfois jusqu’à 50 cm. Cette espèce robuste possède une épaisse dossière striée (carapace dorsale) de couleur brun clair, olive ou noire, et une longue queue munie « d’épines ». Son plastron est petit, comparativement à celui d'autres espèces, ce qui laisse ses membres et son cou à découvert. Puisqu'elle ne peut se rétracter complètement dans sa carapace, la tortue serpentine cherche à mordre ses prédateurs quand elle se sent menacée.

Où vit cette espèce?Canadian distribution of eastern snapping turtle (Map by NCC)

Au Canada, la tortue serpentine se retrouve sur un vaste territoire qui s’étend du sud-est de la Saskatchewan jusqu’en Nouvelle-Écosse. Elle est assez commune dans l’est du Canada, mais moins répandue en Saskatchewan et au Manitoba.

Cette tortue aquatique vit dans des habitats d’eau douce à courant faible et à fond boueux ou sablonneux.

Quel est le statut de conservation de cette espèce?

La tortue serpentine est présentement inscrite sur la liste des espèces préoccupantes en vertu de la Loi sur les espèces en péril au Canada. Elle figure aussi sur la liste des reptiles spécialement protégés, en vertu de la Loi de 1997 sur la protection du poisson et de la faune, de l'Ontario.

La tortue serpentine a peu de prédateurs naturels en raison de sa taille, mais elle connaît tout de même un déclin à cause de la perte des milieux humides, son habitat. Cette espèce est aussi  particulièrement vulnérable à la mortalité sur les routes, car la femelle les traverse souvent en quête d'un site de nidification adéquat. La tortue serpentine a une réputation de prédateur vorace et agressif, ce qui en fait malheureusement une espèce persécutée. Elle n’attaque pas les nageurs et devient agressive seulement si on la provoque. Espèce charognarde, elle joue un rôle important
en contribuant à garder les eaux propres.

La tortue serpentine peut vivre jusqu’à l’âge de 70 ans et n’atteint sa maturité sexuelle qu’entre 15 et 20 ans. Toute perte d’individus matures peut ainsi avoir un impact sur sa population. Les nids bâtis aux abords des routes sont susceptibles d’être détruits par des véhicules, alors que les oeufs et les petits peuvent être dévorés par d’autres animaux.

Que fait CNC pour protéger cette espèce?

l’été 2017, CNC, avec le soutien de ses partenaires, a lancé le Projet Carapace qui invite le public à signaler toute tortue aperçue à la grandeur du Québec. Les données récoltées aideront à identifier les sites nécessitant des mesures de conservation et à définir les lieux les plus sensibles à la mortalité routière. Jusqu'à maintenant, 856 tortues ont été signalées sur le site carapace.ca, dont la moitié étaient des tortues serpentines.

À travers le pays, CNC protège des habitats d’eau douce et des propriétés où vivent des espèces comme la tortue serpentine. Parmi les propriétés, on compte le Grand marais de Bristol et les milieux naturels Clarendon et Sheenboro dans la vallée de l’Outaouais au Québec, le milieu naturel Interlake (Entre-les-Lacs) au Manitoba, et la propriété Silver River en Nouvelle-Écosse. En Ontario,
CNC a procédé à la restauration d'habitats de milieux humides sur l’île Pelee et dans la plaine sablonneuse du sud de Norfolk où des tortues serpentines ont été aperçues presque immédiatement!

Pour une vidéo (en anglais) sur la tortue serpentine, cliquez ici.

Pleins feux sur nos sympathisants