facebook

Projets vedettes

  • Campagne de financement Keep the Beaver Hills Wild (Alb.)

    Campagnes pour la conservation des collines Beaver Hills

    Donate to Keep the Beaver Hills Wild campaign

    Un trésor écologique

    * Les boutons menant à la page de don sont dans la langue de cette même page.

    Les collines Beaver forment une véritable « île » écologique au cœur d’une vaste étendue de terres aujourd’hui vouées au développement et à la production agricole. Formées par des processus naturels sur des milliers d’années, elles abritent de nombreux milieux humides, lacs et forêts qui servent d’habitat à diverses espèces sauvages indigènes et migratrices.

    De nombreuses personnes de la région d’Edmonton, du Canada et du monde entier visitent cette zone, qui englobe entre autres le parc national d’Elk Island et le parc provincial du lac Miquelon.

    Pendant des années, les communautés locales ont fièrement plaidé en faveur de la conservation de ce trésor écologique. Grâce aux efforts des résidents et de plus de 30 organisations, la région a été désignée réserve de biosphère de l’UNESCO en 2016. De ce fait, les collines Beaver sont reconnues comme étant une des étendues sauvages les plus précieuses au monde.

    Si des efforts de conservation et un terrain accidenté ont largement freiné l’urbanisation des collines Beaver, le secteur est aujourd’hui menacé en raison de l’expansion rapide des municipalités avoisinantes.

    Nous devons agir maintenant pour conserver la nature sauvage des collines Beaver. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur un des remarquables joyaux naturels de notre planète et sur la façon dont vous pouvez contribuer à sa protection à long terme.

      

     

    « Les collines Beaver sont un paysage très particulier composé d’une riche mosaïque de milieux humides et de hautes terres servant d’habitat à d’innombrables espèces animales et végétales. »

    – Brian Ilnicki, directeur général de la Beaver Hills Biosphere 

    Un habitat de prédilection pour les animaux sauvages et un site idéal pour s’imprégner de la nature

    Abritant une remarquable diversité d’espèces fauniques, les collines Beaver revêtent une importance particulière pour les oiseaux migrateurs aquatiques et de rivage. En effet, la survie à long terme de plus de 150 espèces aviaires dépend du libre accès aux habitats saisonniers des collines Beaver.

    Cette réserve de biosphère inclut également deux zones importantes pour la conservation des oiseaux à l’échelle nationale ainsi que le premier refuge d’oiseaux établi au Canada.

    On y retrouve aussi 48 espèces de mammifères, dont le bison, l’orignal, le wapiti, le lynx, le renard, le coyote, le loup, l’ours noir et le cerf de Virginie. De plus, les collines Beaver procurent un habitat à 29 espèces de papillons ainsi qu’à cinq espèces d’amphibiens, dont la grenouille léopard et la salamandre tigrée de l’Ouest.

    Plusieurs espèces végétales rares en Alberta se trouvent dans cette région. Il s’agit d’ailleurs d’un des seuls endroits de la province où l’on peut admirer des wolffies, les plus petites espèces de plantes à fleurs d’Amérique du Nord.

    American white pelican (Photo by Leta Pezderic)

    American white pelican (Photo by Leta Pezderic)

    Pine Martin (Photo by Ghost Bear/Shutterstock)

    Pine Martin (Photo by Ghost Bear/Shutterstock)

    Eared grebe (Photo by Leta Pezderic)

    Eared grebe (Photo by Leta Pezderic)

     

    La nature en péril

    Parmi les secteurs les plus menacés des collines Beaver, nommons la grande étendue de nature sauvage située au centre de la biosphère, les zones attenantes aux parcs fédéraux et provinciaux, ainsi que les portions de terres reliant entre elles des aires protégées.

    Une aire naturelle intacte – la « colonne vertébrale » des collines Beaver – sert de corridor écologique à de nombreuses espèces d’animaux sauvages qui se déplacent en quête de nourriture, d’un habitat ou d’un lieu de reproduction. À défaut de protéger l’accès à cette aire et aux bandes de terres reliant les zones de nature intacte, les populations fauniques deviendront isolées entre elles et nous aurons moins d’occasions de connecter avec la nature des collines Beaver.

    Les humains ont également beaucoup à perdre de voir les collines Beaver disparaître, puisqu’il s’agit d’un endroit fabuleux pour profiter de la nature et explorer. Faute de protéger ce trésor écologique, nos liens profonds avec la nature s’effriteront, nous aurons moins d’occasions de profiter de ses bienfaits, et notre passion pour conserver et assurer la durabilité de notre monde naturel pourrait donc s’en voir affaiblie.

    La sauvegarde des collines Beaver est essentielle à la survie à long terme d’innombrables espèces sauvages et à l’affinité des générations futures pour la nature.

    Campagne pour la sauvegarde des collines Beaver

    Voici une chance d’entrer dans l’histoire de la conservation

    La région des collines Beaver revêt une grande importance écologique à l’échelle de l’Alberta, du Canada et du monde entier. Le 19 mars 2016, la région a été désignée réserve de biosphère d’importance mondiale par l’UNESCO.

    Cette désignation reconnaît les collines Beaver comme un modèle exemplaire de conciliation entre conservation de la nature et activités humaines. Nous devons travailler à préserver cet équilibre dès maintenant.

    Joignez-vous aux autres ambassadeurs des collines Beaver dans la région de la capitale et soutenez la campagne de Conservation de la nature Canada pour les protéger.

    Grâce à vos dons, nous pourrons travailler de concert avec les propriétaires fonciers et les communautés locales afin de conserver les terres adjacentes aux parcs, d’améliorer la connectivité entre les aires protégées et de préserver le corridor écologique allant des lacs du Sud jusqu’aux parcs du Nord.

    Les fonds amassés pendant la campagne soutiendront également les efforts d’intendance à long terme d’aires de conservation actuelles et de nouvelles, en plus de financer des études scientifiques essentielles menées dans la biosphère.

    Conservation de la nature Canada gère actuellement plusieurs projets dans les collines Beaver. Notre travail consiste à restaurer l’habitat de la faune, à éliminer les espèces envahissantes et à gérer les terres et les eaux afin d’améliorer la santé globale des écosystèmes.

     

    Keep the Beaver Hills Wild map

    Cliquer pour agrandir

     

    Grâce à votre don, nous pourrons 

    Agrandir la superficie d’aires protégées par la conservation des terres situées à proximité des parcs et des aires naturelles existantes, la création de zones tampons vitales pour la faune et la flore et la bonification des possibilités de connexion avec la nature.

    Permettre à la faune de circuler en toute sécurité en maintenant un corridor écologique traversant toute l’étendue des collines Beaver et en créant une voie de déplacement sûre pour les animaux en quête de nourriture, d’un lieu de reproduction ou d’un refuge.

    Prendre soin de la nature par la gestion des terres conservées, la restauration d’habitats, l’élimination de plantes envahissantes et le maintien de la santé globale des terres et des eaux.

    Faire de la recherche en collaboration avec des organismes partenaires afin de réaliser des études visant à assurer la survie à long terme des espèces présentes dans la région des collines Beaver.

    Visitez le site KeepTheBeaverHillsWild.com (en anglais) pour visionner la vidéo sur la campagne et faire un don en ligne

    Astotin property (Photo by Brent Calver)

     

     

  • Canyon Horseshoe, Alb. (photo de CNC)

    Canyon Horseshoe

    Le site naturel du canyon Horseshoe est l'un des plus connus des badlands canadiens.

    C'est Leila Nodwell, décédée en avril 2000, qui fut à l'origine de ce projet de conservation. Leila croyait fermement qu'il était important de conserver le canyon dans son état naturel; elle y a d’ailleurs travaillé de nombreuses années comme guide-interprète. En hommage à la mémoire de Leila, la famille Nodwell a acheté une parcelle de 320 acres (130 hectares), comprenant la moitié ouest du canyon, et CNC en a par la suite fait l'acquisition.

    L'autre partie du canyon appartient à des propriétaires locaux, également engagés à conserver le canyon dans son état naturel.

     

  • Propriété de Waldron, Alberta (photo de Kyle Marquardt)

    La conservation du Waldron

    Fondé en 1883 par Duncan McNab McEachran, de Montréal, et financé principalement par Sir John Walrond-Walrond, le projet de conservation Waldron est une propriété située dans les contreforts sud de l’Alberta, au cœur d’une large vallée, entre le parc provincial Bob Creek Wildland Park (région du Whaleback) à l’ouest et la réserve forestière Porcupine Hills à l’est, le long du versant oriental des Rocheuses.

    Pour en savoir davantage >

     

  • Fleurs sauvages sur Pine Ridge, Alb. (photo de Bob Lee)

    Parc Waterton

    CNC s'est intéressé à la région du Parc Waterton en 1997, lorsqu'une importante section de terrain, aux limites du parc national des Lacs-Waterton, fut mise en vente. CNC savait qu'il s'agissait d'une priorité de conservation urgente et cruciale.

    Au cours des années suivantes, CNC, soutenue par la Fondation de la famille Weston (auparavant The W. Garfield Weston Foundation) a travaillé de concert avec les propriétaires fonciers pour négocier des ententes qui les aideraient à protéger leurs terrains à long terme, soit par un achat direct ou par l'entremise de servitudes de conservation.

    Pour en savoir davantage >

     

  • Ranch OH, Alb. (photo de Karol Dabbs)

    Ranch OH

    La conservation de sites tels que celui du ranch OH et la vision de propriétaires comme Doc Seaman illustrent bien ce qu'est un paysage fonctionnel, c'est-à-dire un territoire qui permet de répondre aux besoins économiques des communautés locales tout en tenant compte de la conservation des milieux naturels.

    Le ranch OH, d'une superficie de 16 000 acres (6 500 hectares), procure un habitat à plusieurs espèces, notamment la chevêchette des Rocheuses, la paruline tigrée, le tétras à queue fine, l'omble à tête plate et le pin flexible.

    La propriété est adjacente à l'un des principaux habitats provinciaux du grizzli, ciblé par la province de l'Alberta dans le cadre de ses efforts pour protéger cette espèce vulnérable. Elle est également contiguë à d'autres terres de la Couronne de la région de Kananaskis et permet ainsi de créer des liens et des espaces ouverts avec d'autres habitats fauniques d’importance et d'autres terres protégées.

     

Pleins feux sur nos partenaires

Protégerez-vous la nature cet hiver