facebook
Isthme de Chignectou, N.-É. (Photo de Mike Dembeck)

Isthme de Chignectou, N.-É. (Photo de Mike Dembeck)

Conservation de la nature Canada reçoit un important don de terre pour le corridor écologique « Moose Sex » sur l’isthme de Chignectou

28 février 2022
Isthme de Chignectou, Nouvelle-Écosse

 

Le Giving and Receiving Sanctuary est situé le long de la frontière entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick

Une région d’importance vitale pour la faune et la flore des Maritimes reçoit un grand coup de pouce. En effet, grâce à un généreux don de terre, Conservation de la nature Canada (CNC) y protège désormais une grande parcelle totalisant 397 hectares de milieux forestiers, humides et riverains le long de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

La propriété, baptisée Giving and Receiving Sanctuary, se trouve au nord d’Amherst, en Nouvelle-Écosse, sur l’isthme de Chignectou, la bande de terre qui relie la Nouvelle-Écosse au reste de l’Amérique du Nord. Le site a fait l’objet d’un don à CNC de la part de Monika Caemmerer en mémoire de son défunt père, Hans Caemmerer. Originaire d’Allemagne, M. Caemmerer était suffisamment fortuné pour voyager et c’est lors de visites au Canada qu’il est tombé amoureux des forêts du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Durant les années 1970, il a acheté des terres sur l’isthme de Chignectou.

Étroite bande de terre de 24 kilomètres qui sépare la baie de Fundy du golfe du Saint-Laurent, l’isthme de Chignectou est une priorité en matière de conservation pour CNC depuis plus d’une décennie. À ce jour, l’organisme y a protégé 1 949 hectares de part et d’autre de la frontière provinciale. La région est fragmentée par les routes et est sensible aux changements climatiques. En raison de ces menaces, il est de plus en plus difficile pour la faune de se déplacer entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

C’est pourquoi CNC œuvre à la conservation des forêts et milieux humides privés du secteur afin d’y maintenir un corridor écologique continu. Ces habitats permettent aux orignaux, aux lynx roux et à une variété d'autres espèces de se déplacer en toute sécurité entre les deux provinces. Ils offrent également une halte importante pour les oiseaux aquatiques migrateurs et abritent diverses espèces végétales. L’isthme, utilisé traditionnellement et encore aujourd’hui comme lieu de rencontre et de chasse par les communautés Mi'kmaq, est depuis des siècles un corridor facilitant les relations entre les populations de la région.

La propriété a fait l’objet d’un don dans le cadre du Programme des dons écologiques du gouvernement du Canada. Ce programme offre des avantages fiscaux aux particuliers et aux entreprises qui font don de terres écosensibles à des fins de conservation. 

En plus de la famille Caemmerer, Conservation de la nature Canada souhaite remercier de nombreux particuliers, la Fondation Écho, la George W. Wilson & Teresa Madelyn (Merriam) Wilson Foundation, ainsi que Bruce MacLellan et Karen Girling. Des fonds ont également été fournis par l’entremise du Programme de conservation du patrimoine naturel du gouvernement du Canada, qui fait partie du Fonds de la nature du Canada, par la Nova Scotia Crown Share Land Legacy Trust et par le U.S. Fish and Wildlife Service.

Des projets comme celui-ci témoignent du leadership dont fait preuve CNC pour accélérer le rythme de la conservation au Canada. Au cours des deux dernières années seulement, le travail de CNC a influencé la protection de plus de 1 million d’hectares (soit près du double de la superficie de l’Île-du-Prince-Édouard), et ce, d’un océan à l’autre et à l’autre. Dans les années à venir, CNC doublera son impact en mobilisant la population canadienne et en livrant des résultats d’envergure durables en conservation.

Face au déclin rapide de la biodiversité et aux changements climatiques, la nature est notre alliée. Et aucune de ces crises ne pourra être résolue sans que soit conservée la nature. À CNC, nous croyons que lorsque la nature prospère, nous en profitons tous.

Citations

« Mon père m’a souvent rappelé à quel point il aimait le Canada. Pour lui, le ciel y était plus bleu qu’en Allemagne, les formations nuageuses plus impressionnantes, le changement des couleurs pendant l’automne était à couper le souffle et les gens tellement sympathiques. Il a acheté cette terre parce qu’il aimait les bois et les animaux sauvages qui y vivaient, et qu’il voulait les protéger contre le développement. C’était un homme très généreux et il m’a souvent répété que si l’on veut recevoir quelque chose, il faut d’abord donner. C’est selon ce principe qu’il a vécu sa vie. Maintenant que c’est à moi de décider de la meilleure façon de protéger cette nature sauvage, j’ai choisi d’en faire don à Conservation de la nature Canada pour lui permettre d’en prendre soin pour l’avenir. »
– Monika Caemmerer, donatrice de la terre

« D’un point de vue écologique, biologique et de conservation, il est extrêmement important, pour la santé à long terme des populations fauniques, de maintenir la connectivité de ce paysage afin de permettre aux grands mammifères de se déplacer librement entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Nous tenons à remercier Monika Caemmerer pour ce très généreux don de terre ainsi que toutes les personnes qui ont soutenu le projet. »
– Jaimee Morozoff, directrice des programmes de CNC en Nouvelle-Écosse

« Je remercie sincèrement la propriétaire qui a fait le généreux don de cette zone d’habitat important pour des espèces emblématiques de la région, comme l’orignal et le lynx roux. La conservation des terres est l’un des meilleurs moyens que nous pouvons prendre afin de nous attaquer à la double crise des changements climatiques et de l’appauvrissement de la biodiversité, et c’est pour cette raison que notre gouvernement s’est donné comme objectif de conserver un quart des terres et des océans au Canada d’ici 2025. Grâce à ce don, nous pouvons préserver un corridor essentiel traversant des milieux sauvages de l’isthme de Chignectou, et ce, pour le plus grand bénéfice des générations de résidents de la région et leur environnement. Je suis persuadé que le père de la donatrice serait très fier et heureux de savoir que cette zone est protégée pour toujours. »
– L’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits saillants

  • En 2012, CNC a donné le nom de Moose Sex Project (pour l’amour des orignaux) à ce projet de corridor écologique sur l’isthme de Chignectou. Le projet met l’accent sur le maintien de la connectivité pour les végétaux et la faune, y compris les grands mammifères, dans cette région sensible. L’orignal continental est en voie de disparition en Nouvelle-Écosse, où sa population est estimée à moins de 500 individus. Au Nouveau-Brunswick, cette même sous-espèce d’orignal bénéficie d’une population en santé.
  • Pour en savoir plus sur le Programme des dons écologiques, visitez www.canada.ca/dons-ecologiques.
  • L’isthme de Chignectou est une halte d’une grande importance pour les oiseaux aquatiques migrateurs. On y trouve une abondance de sarcelles d’hiver, de canards noirs, de harles couronnés, de canards colverts et de grands harles.

En savoir plus

Conservation de la nature Canada (CNC) est la force rassembleuse au pays pour la sauvegarde de la nature. Par la conservation permanente de vastes territoires, nous apportons des solutions à la double crise du déclin rapide de la biodiversité et des changements climatiques. Partenaire de confiance, CNC œuvre aux côtés de particuliers, de communautés, d’entreprises et de gouvernements afin de protéger et veiller sur nos aires naturelles les plus importantes. Depuis 1962, CNC a mobilisé la population canadienne pour aider à conserver et restaurer plus de 15 millions d’hectares.

CNC est un organisme de bienfaisance enregistré. Avec la nature, nous créons un monde prospère.

Le Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN) du gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique destiné à soutenir la création de nouvelles aires protégées et de conservation par l’acquisition de terres privées et de droits sur celles-ci. Conservation de la nature Canada (CNC) administre le programme. Les fonds qui y sont investis par le gouvernement fédéral sont bonifiés par des contributions de contrepartie amassées par CNC et ses partenaires, Canards Illimités Canada ainsi que la communauté canadienne des organismes de conservation.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC | twitter.com/NCC_CNCMedia

- 30 -

Renseignements

Andrew Herygers
Directeur des communications de CNC, Canada Atlantique
902 880-8108

Andrew Holland
Directeur, Relations avec les médias
Bureau : 1 877 231-4400 | Cell. : 506 260-0469

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain