facebook
Saint-Ignace-de-Loyola, QC (Photo de PJCCI)

Saint-Ignace-de-Loyola, QC (Photo de PJCCI)

Projet de compensation à St-Ignace-de-Loyola : 30 000 arbustes et herbacés et 300 arbres plantés en un mois

Saint-Ignace-de-Loyola, QC (Photo de PJCCI)

Saint-Ignace-de-Loyola, QC (Photo de PJCCI)

Par Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI)

Un jalon important du projet de compensation de l’habitat du poisson et de milieux humides réalisé à St-Ignace-de-Loyola a été accompli en septembre 2022. L’arrivée de ces végétaux permettra de créer de nouveaux habitats tout en contribuant à la protection de la biodiversité de cette région.

Ce projet, lancé en 2020 dans le cadre de la déconstruction du pont Champlain d’origine pour compenser les nuisances entourant l’habitat du poisson pendant la durée des travaux, est issu d’une collaboration entre PJCCI et Conservation de la nature Canada (CNC).

« Cette année, nous avons terminé la phase 2 du projet avec cette opération d’envergure de plantation et d’aménagement qui a mobilisé une quinzaine d’employés à raison de cinq jours par semaine entre le 24 août et le 23 septembre pour accomplir ce travail colossal », mentionne Philippe Larouche, ing., chargé d’environnement chez PJCCI. « Nous avons également reçu l’appui de la communauté locale lors des travaux »  

« Ce projet cadre tout à fait avec la mission de CNC. Au lac Saint-Pierre, nous collaborons avec PJCCI pour restaurer les fonctions écologiques de la plaine inondable. Visant à augmenter la reproduction des poissons et des oiseaux, cette plantation bénéficiera à toute la biodiversité de la réserve de la biosphère du lac Saint-Pierre. Éventuellement, les activités économiques et récréatives de chasse et pêche de la région en profiteront. C’est donc un projet gagnant-gagnant, à la fois pour la nature et pour les humains », relate Julien Poisson, directeur de programmes pour le sud du Québec à CNC.

Les prochaines étapes consisteront à entretenir la plantation pour les deux prochaines années, remplacer les plants au besoin et éliminer certaines espèces exotiques envahissantes. Selon Philippe Larouche de PJCCI « dans un horizon de cinq ans, nous serons en mesure d’évaluer si les objectifs biologiques sont atteints ».

Apprenez-en davantage sur l’ensemble des projets de compensation en lien avec la déconstruction du pont Champlain d’origine.

 

Pour connaître les étapes de la plantation, consultez l’album Flickr de PJCCI.

Pleins feux sur nos partenaires

Protégerez-vous la nature cet hiver