facebook
Coyote (Photo de ibbyb89)

Coyote (Photo de ibbyb89)

C’est un chien? Un loup? Non, c’est un coyote!

Coyote (Photo de mateoz19556)

Coyote (Photo de mateoz19556)

Au printemps, c’est bien connu, la nature s’éveille. Chaque jour, elle paraît différente : une nouvelle fleur s’est épanouie, un oisillon chante, des œufs mystérieux apparaissent dans les ruisseaux. Il fait bon sortir profiter du grand air et des timides rayons de soleil qui se faufilent entre les immeubles. À la campagne comme en ville, c’est le moment idéal pour observer la faune, puisque la végétation n’est pas trop dense, la nourriture se fait plus abondante et plusieurs espèces reviennent de leur migration ou s’éveillent après une longue hibernation. Mais certaines rencontres peuvent surprendre!

Le coyote, méconnu, parfois craint ou mal compris, rôde également dans la ville, profitant de l’aube ou du crépuscule pour chasser. N’ayez crainte, vous n’êtes pas au menu. En fait, ce sympathique prédateur nous rend l’énorme service de se nourrir des petits animaux surabondants tels que les souris, mulots ou marmottes. Il est un important acteur du contrôle de ces petits animaux dans les villes, tout comme le sont les couleuvres et les oiseaux de proie.

Cousin du chien, le coyote profite du printemps pour trouver ou créer lui-même une tanière, élever ses petits et faire le plein de nourriture, qui se fait souvent plus rare durant l’hiver. Il est opportuniste, ce qui signifie qu’il mange ce qu’il trouve : petits et moyens rongeurs, carcasses d’animaux morts, nourriture pour chat laissée dehors, détritus... En d’autres mots : il trouve toujours de quoi se nourrir, dans un champ, comme en plein centre-ville.

Que faire quand on voit cet animal qui peut paraître intimidant?

Eh bien, il suffit de ne pas le déranger, l’observer de loin, et profiter du spectacle. Ce n’est pas un animal qui est porté à aller vers les humains, mais si on l’effraie ou qu’on tente de s’en approcher, il peut montrer les dents. Il ne faut pas oublier que malgré sa ressemblance avec nos adorables toutous domestiques, il reste un animal sauvage et s’il est pris au piège, il peut devenir agressif. Après tout, c’est aussi le cousin du loup, et qui aurait l’idée de coincer un loup au fond d’une ruelle?

Je n’en ai jamais vu, il n’y en a donc sûrement pas chez moi!

Détrompez-vous, car les coyotes sont passés maîtres dans l’art de se trouver des refuges loin du regard des humains, même s’ils sont présents dans toute la partie sud de la province, jusqu’à Chibougamau, au nord. Eh oui, même en plein cœur de Montréal, on en retrouve un grand nombre! Si vous ne les voyez pas, c’est peut-être que vous ne vous arrêtez pas pour observer la faune entre le travail et la maison ? Pour les coyotes, c’est bien ainsi puisqu’ils ne sont pas dérangés. Peut-être sera-t-il plus facile pour vous de les entendre la nuit, quand ils émettent des cris rappelant les hurlements du loup. Après tout, n’est-il pas son cousin! AOUUUH !

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain