Réserve naturelle du sud-ouest de Terre-Neuve (Photo par CNC)

Réserve naturelle du sud-ouest de Terre-Neuve (Photo par CNC)

Projets vedettes

  • Phare à Sandy Point, T.-N.-L. (photo d'Aiden Mahoney)

    Île Sandy Point

    Sandy Point est une île de 1 000 hectares (2 471 acres) d'une nature luxuriante, située dans la baie St. George's, sur la côte sud-ouest de Terre-Neuve. Ses dunes et les marais salés sont peu communs à Terre-Neuve, car ses côtes sont en grande partie constituées de rivages accidentés et rocheux et de falaises abruptes plongeant dans l'océan. Les plages et les dunes constituent d'importants habitats de nidification pour de nombreuses espèces d'oiseaux en péril.

    L'île Sandy Point procure un habitat de reproduction non perturbé crucial pour les oiseaux migrateurs. CNC y protège 9 propriétés, sur une superficie totale de presque 70 acres (28 hectares).

     

  • Plage de la vallée Codroy, T.-N.-L. (Photo de Mike Dembeck)

    Estuaire de la rivière Grand Codroy

    La rivière Grand Codroy, qui se situe dans le sud-ouest de l'île de Terre-Neuve, reçoit l'eau des monts Long Range et des monts Anguille. Elle décrit des méandres qui serpentent vers l'océan, puis se termine par un estuaire qui revêt un caractère unique à Terre-Neuve.

    Le climat tempéré de cet estuaire, ses berges protégées, ses pâturages vallonnés et ses forêts luxuriantes de sapins baumiers expliquent sa riche diversité biologique, attrayante non seulement pour sa flore et sa faune, mais également pour les Terre-Neuviens qui l'habitent!

    La vallée et l'estuaire de la Grand Codroy sont reconnus comme un sanctuaire d'oiseaux passereaux d’importance dans la province. CNC travaille activement dans cette région depuis 1994, en consolidant peu à peu ses liens avec la communauté locale et en étendant ses avoirs fonciers, qui couvrent désormais une superficie de plus de 500 acres (200 hectares) compris dans 19 propriétés.

     

  • Lanna Campbell et Polly devant la rivière Salmonier, T.-N.-L. (Photo de Trevor Nickerson)

    Projet de conservation de la rivière Salmonier

    Conservation de la nature Canada (CNC) a entrepris la deuxième phase de son projet de conservation de la rivière Salmonier. Celle-ci implique une collecte de fonds en vue d’acquérir et de protéger 421 acres (170 hectares) de terres situées au nord-est de la communauté de St. Catherine’s, dans la péninsule d’Avalon.

    Les propriétés se trouvent à environ 45 minutes de route de St. John’s, dans l’aire naturelle de la forêt brumeuse, une région hautement prioritaire en raison de sa grande valeur pour la conservation.

    Valeur écologique

    Les propriétés visées possèdent des caractéristiques naturelles clés telles qu’un vaste habitat d’eau douce le long de la rivière Salmonier et une forêt boréale inaltérée remarquable. Celle-ci fournit entre autres un habitat au caribou des bois, une espèce indigène menacée, dont le déclin est inquiétant dans la province.

    La rivière Salmonier est une rivière à saumon de désignation provinciale qui abrite une saine population de saumons de l’Atlantique. La région foisonne également d’une variété de plantes et de lichens rares, dont la dégélie plombée et l’érioderme boréal.

    Aperçu du projet de conservation Salmonier

    Le site de la rivière Salmonier présente un milieu forestier exceptionnel et malheureusement sous-protégé. Le projet de conservation de CNC inclut cette forêt, ainsi que les berges de la rivière.

    Les propriétés visées ont le potentiel d’abriter de rares lichens forestiers — organismes constitués de champignons et d’algues qui favorisent l’élimination des polluants et dont s’alimentent certains animaux — ainsi que le caribou des bois.

    Écorégion de la forêt d’Avalon

    Au cœur de l’aire naturelle de la forêt brumeuse de CNC se trouve l’écorégion de la forêt d’Avalon, la plus petite écorégion de Terre-Neuve-et-Labrador. Cette forêt a été épargnée, par le passé, des ravages du feu qui ont entièrement décimé des forêts environnantes, transformant celles-ci en landes désertes.

    La forêt d’Avalon tire sa particularité du climat excessivement humide qui y règne, résultant d’un brouillard persistant (environ 200 jours par année) et d’une topographie unique de moraine côtelée. L’écorégion abrite une grande diversité de lichens, d’ailleurs considérée comme sans égale lorsque comparée aux régions boréales du Canada. De nombreuses espèces de lichens sont rares, en déclin ou en péril à l’échelle mondiale, comme c’est le cas pour l’érioderme boréal, qui est en voie de disparition.

    Situé au coeur de cette écorégion, le projet de conservation de la rivière Salmonier constitue un excellent exemple de cet habitat forestier unique, dont la conservation est primordiale.

    Le projet de conservation Salmonier

    La propriété ciblée par CNC comme étant prioritaire pour la conservation est couverte par une forêt mature longeant la rivière Salmonier. Pratiquement intacte, cette forêt est essentiellement constituée d’un peuplement de sapins baumiers, parsemé de bouleaux blancs et jaunes.

    Isolée, la propriété a relativement peu souffert de la présence humaine. Notamment, il n’y a eu aucune exploitation forestière à l’échelle industrielle, ce qui signifie qu’aucune coupe à blanc n’a eu lieu sur la propriété. S’il y a eu exploitation, celle-ci a vraisemblablement été sélective et n’a eu que peu d’effet, sinon aucun, sur cet écosystème boréal.

    Un inventaire détaillé des lichens sera effectué sur la propriété une fois qu’elle aura été acquise. L’équipe de CNC s’attend à y trouver une diversité de lichens peu communs, rares ou extrêmement rares, en plus d’y découvrir une vaste flore et une faune variée.

    Soutien de la part d’Environnement Canada, de Forêts TD, du Bishops College et d‘autres partenaires

    En juin 2015, CNC a annoncé l’achèvement de la phase 1 du projet de conservation de la rivière Salmonier lors d’une conférence de presse tenue au Suncor Energy Fluvarium, à St. John's. Un site de 158 acres (64 hectares) a alors été acquis de propriétaires fonciers privés afin d’être protégé et conservé à long terme.

    L’achèvement de la phase 1 a été rendu possible grâce au généreux soutien financier :

    Notre vision du projet Salmonier

    CNC continuera d’approcher les propriétaires fonciers de la rive est de la rivière Salmonier, et ce, afin de discuter de la possibilité de conserver d’autres parcelles de terre, dont certaines sont relativement inaccessibles.

    Le secteur de la rivière Salmonier comporte l’une des rares forêts de la péninsule d’Avalon encore intactes. Devant la pression démographique grandissante émanant de Northeast Avalon, les projets de Salmonier Line représentent une occasion unique de protéger un fabuleux paysage naturel encore inaltéré.

    Afin d’attiser l’intérêt de la communauté pour la conservation de ces terres, CNC a récemment participé au Newfoundland Sportsman Outdoor Expo, une exposition tenue au centre de curling RE/MAX, et y présentait le projet de la rivière Salmonier.

    Pour en savoir plus

    Pour en savoir plus sur la phase 2 du projet de conservation de la rivière Salmonier et sur la manière dont vous pouvez y contribuer, veuillez communiquer avec madame Megan Lafferty, directrice des programmes à CNC : megan.lafferty@natureconservancy.ca ou au 1 877 231-4400.

     

  • Rivière Lloyds, T.-N.-L. (photo de CNC)

    Rivière Lloyds

    L'escarpement de la rivière Lloyds, le plus important site privé  qui soit protégé et géré par CNC à Terre-Neuve-et-Labrador, abrite la martre de Terre-Neuve (une sous-espèce de la martre d’Amérique), en voie de disparition. La région offre un paysage varié, composé de forêts de sapins baumiers et d'épinettes noires matures, de tourbières ouvertes et de terres dénudées et arides.

    CNC a acquis 2 174 acres (880 hectares) de cette propriété de forêt boréale en partenariat avec la société Abitibi-Consolidated.

    La priorité de CNC est de s'assurer que ce paysage demeure à l'état naturel afin de protéger l'habitat des espèces rares et occasionnelles. Deuxièmement, nous visons à y interdire l'utilisation des véhicules tout-terrain et le piégeage des petits mammifères, afin d'éviter de perturber les martres de Terre-Neuve et de prévenir leur mortalité. Nous collaborons avec les communautés locales afin de nous assurer que la propriété est protégée par des mesures d'intendance.

     

  • Vue aérienne de la réserve naturelle The Grasses, Terre-Neuve-et-Labrador (Photo de CNC)

    Réserve naturelle The Grasses

    La réserve naturelle The Grasses est nichée dans une vallée profonde, à la source de la rivière Robinson, dans le sud-ouest de l'île de Terre-Neuve. Cette réserve isolée d'une superficie de 1 570 hectares est à 25 kilomètres de Stephenville Crossing et au pied des monts Long Range, le prolongement des Appalaches le plus septentrional d'Amérique du Nord.

    Historique du projet

    Conservation de la nature Canada (CNC) a depuis longtemps déterminé que The Grasses est une zone d'importance écologique, en raison de ses vastes étendues riveraines d'herbes naturelles qui peuvent atteindre jusqu'à 1,5 mètre de hauteur. En 1908, ces prés herbeux étaient gérés par les propriétaires originaux et servaient de pâturage pour des troupeaux de moutons. Le 15 mars 2011, CNC a acquis la propriété de l'un de ces propriétaires, la famille Pawlett. The Grasses est l'un des plus grands projets que CNC a entrepris au cours de son demi-siècle de conservation au Canada atlantique.

    Valeurs de conservation

    The Grasses est l'exemple le plus vaste de prairie naturelle et le plus grand milieu humide riverain de Terre-Neuve-et-Labrador. Ce dernier sert d'habitat à plusieurs espèces végétales rares, comme le myriophylle de Farwell, la laîche à collier, l'arbousier traçant, le blé des vaches, la fougère interrompue et le podagraire. Au total, 206 plantes vasculaires ont été observées et répertoriées, ainsi que 5 types de lichens.

    En 2008 et 2014, CNC a mené des études à la recherche de la martre des pins de Terre-Neuve, une espèce menacée à l'échelle provinciale. Ces études ont confirmé que les zones forestières environnantes constituent un habitat essentiel pour la martre des pins. Les autres espèces sauvages qui fréquentent la région comprennent le caribou, l'ours noir et une diversité d'oiseaux chanteurs forestiers et de sauvagines.

    Les troupeaux de caribous des bois de la petite communauté de La Poile y arrivent par centaines pour se nourrir de carex et d'herbes au début de l'été et à l'automne. La région sert également d'aire de reproduction à de grands groupes de bernaches du Canada et à de plus petits groupes de canards noirs, de sarcelles à ailes vertes et de harles. Des oiseaux rares et peu communs, comme le moucherolle à côtés olive, le quiscale rouilleux et le troglodyte mignon,y ont également été observés.

    Martre d'Amérique - population de Terre-Neuve (menacée à l'échelle provinciale) (Photo de Mike Dembeck)

    Martre d'Amérique - population de Terre-Neuve (menacée à l'échelle provinciale) (Photo de Mike Dembeck)

    La réserve naturelle The Grasses est entourée de terres de la Couronne et se trouve juste au sud de la réserve écologique provisoire de Barachois Sud (487 kilomètres carrés) et de la réserve transitoire de Barachois Sud (423 kilomètres carrés), offrant une connectivité à grande échelle pour une foule d'espèces sauvages. Les pentes environnantes de la vallée fluviale atteignent jusqu'à 100 mètres de hauteur, et sur le plateau sud, on peut apprécier une vue panoramique impressionnante de toute la région. De là, on peut voir les canaux entrelacés de la rivière Robinson traversant la réserve naturelle. Le paysage est parsemé d'étangs et de bassins ouverts peu profonds au sein d'un complexe de milieux humides.

    Les bailleurs de fonds pour la conservation

    CNC reconnaît les généreuses contributions de ses bailleurs de fonds, dont la participation a été essentielle pour faciliter la création de cette réserve naturelle privée :

    •     Gouvernement du Canada, Programme de conservation du patrimoine naturel, qui fait partie du Fonds naturel du Canada.
    •     Gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador
    •     North American Wetlands Conservation Act (NAWCA)
    •     Donatrices et donateurs privés et entreprises

    Garder « le Rocher » intact

    Vous pouvez aider à soutenir les efforts de conservation de CNC à Terre-Neuve-et-Labrador en faisant un don à la campagne Keep The Rock Rugged (page en anglais). Votre contribution permettra de débloquer des fonds du gouvernement du Canada et de doubler votre don ! Jouez un rôle dans la conservation des espaces naturels de Terre-Neuve-et-Labrador > FAITES UN DON MAINTENANT (en anglais)

     

  • The Grasses, T.-N.-L. (Photo de CNC)

    Réserve naturelle The Grasses

    La réserve naturelle The Grasses est un habitat pratiquement intact sur le cours supérieur de la rivière Robinsons, dans la partie sud-ouest de Terre-Neuve, à 25 kilomètres de Stephenville Crossing. Ce joyau exceptionnel de 1 494 hectares (3 691 acres) est caché dans les monts Long Range, le prolongement des Appalaches le plus nordique en Amérique du Nord.

    Le projet de conservation de ce site est le plus important que nous ayons entrepris au Canada atlantique. On y trouve l'échantillon le plus complet de prairies naturelles de la province, ainsi que le plus important milieu humide de ce type. La région est très prisée des amateurs de plein air, notamment des pagayeurs, des ornithologues amateurs, des randonneurs et des photographes naturalistes.

    Pour en savoir davantage >

     

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain