Pointe-Saint-Pierre, QC (Photo de CNC)

Pointe-Saint-Pierre, QC (Photo de CNC)

Forêt mixte des Maritimes

La pointe Verte, Québec (photo de Pierre Veillette)

La pointe Verte, Québec (photo de Pierre Veillette)

Avançant à pas feutrés dans la forêt mixte des Maritimes de la péninsule gaspésienne, un lynx du Canada est à la recherche de lièvres. Bien qu’il soit rare de l’apercevoir en forêt, ce félin demeure facile à reconnaître en raison des longues touffes de poils qui ornent ses oreilles et ses pattes arrière, habituellement plus allongées que chez le lynx roux. Ses larges pattes sont et recouvertes d’un poil épais et rêche. Ses orteils se déploient afin de lui permettre de marcher sur la neige, comme s'il portait des raquettes. Contrairement au lynx roux, il peut donc vivre dans des régions plus au nord, où il chasse dans la neige épaisse.

Le lynx du Canada est un animal qui, comme d’autres espèces de la forêt mixte des Maritimes, a besoin d’un vaste territoire pour survivre. S’étendant le long des côtes de l’Est du Canada, notamment celles de la péninsule gaspésienne, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, une grande partie de cette forêt est exposée aux rigueurs du climat de la côte atlantique.

Qu’est-ce que la forêt mixte des Maritimes ?

La forêt mixte des Maritimes comporte des peuplements forestiers qui sont âgés de plus de 80 ans.

Plus de 60 % de l’aire naturelle des Habitats côtiers de la Gaspésie sont recouverts par la forêt mixte des Maritimes, qui s'étend sur plus de 65 378 hectares (161 550 acres). Cette aire se distingue par les types de forêts qui s’y trouvent, soit la sapinière à bouleaux blancs (ou bouleaux à papier) et la sapinière à bouleaux jaunes.

Dans la péninsule gaspésienne, la présence de sapinières à bouleaux jaunes se limite à la côte et aux vallées qui s’ouvrent sur la mer. En altitude, elle est remplacée par la sapinière à bouleaux blancs.

La sapinière à bouleaux jaunes, qui est également composée d’épinettes blanches, d’épinettes rouges et d’érables rouges, pousse à mi-pente, alors que la sapinière à bouleaux blancs, sous-dominante, occupe les bas de pentes et les hauts sommets de la côte gaspésienne.

Forêt de pruches, lac Rossignol, N.-É. (Photo de CNC)

Forêt de pruches, lac Rossignol, N.-É. (Photo de CNC)

En Nouvelle-Écosse, les forêts exposées le long de l’Atlantique et de la baie de Fundy sont souvent constituées d’un nombre important d’épinettes blanches et de sapins baumiers, alors que les épinettes noires et les bouleaux blancs y sont moins nombreux. À l’intérieur des terres et le long des côtes moins exposées, poussent différents types de forêts mixtes y compris des peuplements d’érables à sucre, de hêtres à grandes feuilles et de bouleaux jaunes, sur les pentes bien drainées. S’y trouvent aussi des peuplements d’épinettes rouges (arbre emblématique de la Nouvelle-Écosse) accompagnées de pruches du Canada, d’érables rouges ou de sapins baumiers, selon les variations dans la richesse et le degré d’humidité du sol.

Quelles espèces d’animaux habitent cette forêt ?

La forêt mixte des Maritimes offre un habitat à de nombreux mammifères qui ont besoin de grandes étendues boisées, notamment :

  • l’ours noir ;
  • le lynx du Canada ;
  • l’orignal (en voie de disparition en Nouvelle-Écosse continentale) ;
  • le cerf de Virginie ;
  • la martre (en voie de disparition en Nouvelle-Écosse).

Outre les espèces fauniques terrestres, plusieurs espèces associées aux milieux humides utilisent également l’environnement forestier pour se déplacer, se nourrir, hiberner et se reproduire.

Les forêts de la Nouvelle-Écosse offrent un habitat à une multitude d’oiseaux en péril, notamment la paruline du Canada, le moucherolle à côtés olive, l’engoulevent d'Amérique et le martinet ramoneur.

Quelles fonctions écologiques cette forêt joue-t-elle ?

En plus de renfermer des peuplements forestiers rares et d’offrir un habitat à d’innombrables espèces d’oiseaux et de mammifères, la forêt mixte des Maritimes joue un rôle essentiel dans la protection de la qualité des rivières, des cours d’eau et des milieux humides côtiers situés en aval.

En Nouvelle-Écosse, les forêts côtières sont une interface riche et importante comprenant des habitats intertidaux. Ces derniers offrent une source de nourriture et un habitat à de nombreuses espèces, notamment aux oiseaux migrateurs et aux oiseaux marins nicheurs, et enrichissent les estuaires pour maintenir les espèces marines et intertidales.

Que fait CNC pour protéger cet habitat ?

La forêt mixte des Maritimes est au centre de la majeure partie du travail effectué par Conservation de la nature Canada (CNC) au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

En 2013, en collaboration avec Forêts TD, CNC a permis la protection de la propriété de la pointe Verte, située en Gaspésie au Québec.

Pour en savoir davantage à propos de la propriété de la pointe Verte >

En 2014, CNC a permis la protection des propriétés Stehelin et de la rivière Percival, situées en Nouvelle-Écosse, aussi en collaboration avec Forêts TD.

Pour en savoir davantage à propos de la propriété Stehelin >

Pour en savoir davantage à propos des propriétés de la rivière Percival >

Grâce au soutien de Forêts TD, CNC a aussi permis la protection de la propriété de l'isthme du Chignectou, au Nouveau-Brunswick.

En savoir davantage sur la propriété de l'isthme du Chignectou >

Pleins feux sur nos sympathisants