Grosse vague à l'ïle Brier, Nouvelle-Écosse (Photo par June Swift)

Grosse vague à l'ïle Brier, Nouvelle-Écosse (Photo par June Swift)

Notre travail

  • Réserve naturelle Dr Bill Freedman, Prospect, N.-É. (Photo de CNC)

    Réserve naturelle Dr Bill Freedman

    La réserve naturelle Dr Bill Freedman est située à 23 kilomètres au sud-ouest de Halifax et à 10 kilomètres à l'est de l’emblématique Peggy’s Cove. Ce paysage de landes (sol pauvre peuplé d’arbustes), forme une saillie le long du littoral atlantique entre les pittoresques baies Shad et Prospect.

    High Head est un site côtier très prisé par les adeptes de la randonnée, les photographes et les ornithologues! Conservation de la nature Canada y œuvre depuis 2001 et protège 131 hectares de landes côtières (sol pauvre peuplé d’arbustes) et de forêts importantes dans la région. La propriété offre un habitat à des espèces indigènes et à des oiseaux migrateurs. Son littoral est fréquenté par une variété de canards de mer, dont l’arlequin plongeur, la macreuse à bec jaune et le Harelde kakawi, trois magnifiques espèces.

    En l'honneur du Dr Bill Freedman

    Cette page du site Web de Conservation de la nature Canada est dédiée au Dr Bill Freedman, un collaborateur de longue date de l’organisation. Il était écologiste et ancien président du département de biologie de l’Université Dalhousie, où il avait également obtenu le titre de professeur émérite. 

    À son domicile à Halifax, le samedi 26 septembre 2015, le Dr Bill Freedman est décédé à l’âge de 65 ans après un courageux combat contre le cancer.

    Bénévole pour l’organisation pendant plus de 25 ans, M. Freedman a été une figure importante pour Conservation de la nature Canada. De 2008 à 2009, il a occupé le poste de président du Conseil d’administration national et celui de président du conseil régional de l’Atlantique. En 2013, il a écrit un livre sur les 50 ans d’histoire de Conservation de la nature Canada.

    Conservation de la nature Canada a créé le Science in Conservation Internship au nom du Dr Bill Freedman.  Il viendra en aide à une ou un étudiant de l’Université Dalhousie chaque année.

    Pour en savoir plus ou pour faire un don, veuillez contacter Conservation de la nature Canada au 1 877 231-4400.

    Importance écologique

    La réserve naturelle Dr Bill Freedman est considérée comme un site clé en Nouvelle-Écosse, car il s’agit d’un paysage côtier relativement peu perturbé, doté de landes de granit. Ces dernières ont un relief exposé qui constitue souvent un habitat pour la rare flore arctique alpine.

    La région est composée de huit types d’habitats différents :

    • Lande de granit
    • Falaise
    • Rivage rocheux
    • Rive de rochers/galets
    • Tourbière
    • Ancien champ
    • Eau libre au large
    • forêt côtière d’épinettes blanches

    Parmi ceux-ci, deux des types d’habitats les plus écologiquement importants sont les landes de granit et la forêt côtière.

    Landes de granit

    Ces landes jouent un rôle vital dans l’environnement en purifiant des quantités massives d’eaux souterraines avant leur retour en mer. La majeure partie des eaux de la réserve se déversent directement dans les eaux côtières. Ces dernières sont importantes pour la productivité biologique des communautés marines. En effet, les eaux de ruissellements ou de talus continental influencent la production de plancton dans les aires d’alimentation des baleines, des dauphins et des phoques.

    Forêt côtière

    Le substrat rocheux exposé, les sols minces et acides et les affleurements rocheux des landes limitent la croissance des arbres et de la végétation. Il est donc important de protéger cette forêt qui constitue aussi l’habitat du cerf de Virginie, du lièvre d’Amérique, du raton laveur, du porc-épic ainsi que d’oiseaux comme la gélinotte huppée. Parmi les arbres qui y poussent, on retrouve le sapin baumier, l’érable rouge et le bouleau à papier. Quant aux arbustes, on y trouve notamment la viorne cassinoïde, l’aulne blanc, le némopanthe mucroné et le rhododendron du Canada. 

     

     

  • Forêt et région côtière de Eastern Shore

    Cette région compte un remarquable échantillon de forêts matures, de milieux humides, de grands lacs, de crêtes de granit et de tourbières. De grandes étendues à l'état sauvage abritent des espèces en péril, notamment la tortue des bois, une espèce en voie de disparition à l'échelle nationale, ainsi que l'orignal, une espèce en voie de disparition à l'échelle provinciale. Les marais salés, les limans et les vasières littorales le long de la côte est, qui comprennent l'estuaire de Musquodoboit Harbour, classé zone humide d'importance internationale en vertu de la convention de Ramsar, en font une région d'importance nationale pour les oiseaux aquatiques migrateurs.

     

  • (Photo de Wikimedia Commons/USFS)

    Docherty’s Brook

    Déjà rare en Nouvelle-Écosse, le thuya l’est devenu encore plus en raison d'activités humaines telles que l’exploitation forestière et l’agriculture au cours des 19e et 20e siècles. Cet arbre représente un élément très important de la culture micmaque en tant que plante rituelle. Sa légèreté et sa facilité à être travaillé en font un matériau idéal pour la construction de canots. 

    Aujourd’hui, ces arbres s’imposent sur les 412 acres (167 hectares) de la propriété de Docherty’s Brook, près de la rivière Pugwash et du comté de Cumberland, où ils sont à l’abri de l’intense activité forestière industrielle. Des forêts acadiennes matures qui abritent une faune et une flore variées bordent la propriété.

    Durant des années, l'entreprise familiale de gestion forestière Bonnyman & Byers a pris soin de ces terres. La décision d’en faire don permettait à la compagnie d'unir ses objectifs à ceux de Conservation de la nature Canada (CNC) : les propriétaires et l’organisme envisageaient tous deux la possibilité qu’une gestion forestière durable puisse être jumelée à la promotion d’habitats diversifiés et sains, au profit des prochaines générations.

    Cette propriété pourrait éventuellement s’ajouter à une aire de conservation adjacente : la réserve naturelle de Docherty’s Brook, protégée en vertu du Parks and Protected Area Plan de la Nouvelle-Écosse. Docherty’s Brook se situe à seulement 4 km au nord-est des 1 444 acres (585 hectares) de la Réserve nationale de faune de Wallace Bay, et à 5 km en amont de la réserve naturelle de CNC dans l’estuaire de la Pugwash.

    Valeur écologique

    Cette forêt abrite des peuplements de deux essences d’arbres en péril, qui prospèrent parmi de typiques forêts acadiennes :

    Plus de 600 thuyas occidentaux, une essence considérée comme vulnérable en vertu du Endangered Species Act de la Nouvelle-Écosse, sont présents sur la propriété et représentent l’un des plus grands peuplements de la province;

    Un petit peuplement de frêne noir, considéré comme menacé en vertu du Endangered Species Act de la Nouvelle-Écosse.

    D’autres essences sont présentes sur cette propriété : l’érable à sucre, l’érable rouge, le bouleau jaune, la pruche du Canada, ainsi que quelques spécimens de pin blanc et de sapin baumier.

    Un partenariat tout naturel

    En plus de la généreuse donation de Bonnyman & Byers, CNC tient à souligner la contribution de ses partenaires financiers :

    Environnement et Changement climatique Canada, sous le Programme de conservation des zones naturelles

    Forêts TD

    Nova Scotia Fisherman 

    The Nova Scotia Crown Share Land Legacy Trust

    Pour en savoir plus

    Renseignez-vous à propos des autres projets de conservation Forêts TD.

     

  • Détroit de Northumberland

    Notre travail dans le détroit de Northumberland s'étend le long du littoral sud du détroit, de la frontière entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick jusqu'à la baie St-Georges, et touche également aux bassins versants qui prennent leur source dans les monts Cobequid et déversent leurs eaux dans le détroit. Le pluvier siffleur niche le long de la côte de cette région, et ses estuaires riches en zostères procurent des sites de frai et des habitats à une faune marine très diversifiée, comptant notamment des poissons d'importance commerciale.

     

  • Côte Sud de la Nouvelle-Écosse

    Cette région vaste et grandiose comporte tout le littoral accidenté du sud de la Nouvelle-Écosse. Ses anses et ses havres profonds, ses grandes étendues de milieux humides intertidaux et ses plages majestueuses, ainsi que ses drumlins érodés, ses plaines côtières et son littoral rocheux font de cette région l'une des plus riches de la province sur le plan écologique. Les oiseaux la fréquentent abondamment; on y observe une grande diversité d'oiseaux aquatiques migrateurs et nicheurs, ainsi que des oiseaux de rivage et des passereaux, qui puisent dans les abondantes ressources de la mer. La région du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse abrite également plusieurs espèces végétales rares et en péril que l'on ne trouve nulle part ailleurs au Canada.

     

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain