Tortue des bois, rivière aux Brochets, QC (Photo de Claudette Dwyer)

Tortue des bois, rivière aux Brochets, QC (Photo de Claudette Dwyer)

La rivière aux Brochets reprend ses droits au cœur d’un village

11 avril 2022
Frelighsburg

 

Une terre agricole restaurée pour accueillir des cultures en accord avec la nature

Conservation de la nature Canada (CNC) s’allie à Conservation de la nature Québec pour annoncer l'acquisition de 33 hectares, l'équivalent de 31 terrains de soccer, donnant sur la rivière aux Brochets, au cœur du village de Frelighsburg. Ce projet a été rendu possible grâce à la collaboration de Jean-Martin Fortier, cofondateur de l'institut Jardinier Maraîcher, de Maude-Hélène Desroches, et de Julie Bellefroid, chargée de projet en environnement au Dura-Club, un organisme à but non lucratif qui accompagne les producteurs agricoles dans leur démarche agroenvironnementale.

Cette terre, dont une partie est inondée périodiquement par la rivière aux Brochets, sera restaurée afin d’y rétablir la faune d’origine, dont la tortue des bois, une espèce menacée au Canada, ainsi que plusieurs oiseaux champêtres en péril, tout en préservant sa vocation agricole.  

La zone où la rivière sort de son lit, normalement à la suite des inondations printanières, est appelée « espace de liberté » et elle constitue une bonne partie du terrain acquis. Cet espace est d’une importance capitale pour la santé du cours d’eau et devrait être couvert de végétaux afin d’éviter son érosion.  

En zone agricole, lorsque les sols sont laissés à nu après une récolte, une quantité importante de sédiments se déverse dans la rivière et, le carbone atmosphérique ne pouvant pas être absorbé par les végétaux, le sol s’appauvrit considérablement en carbone organique, essentiel à la richesse de la terre. La partie inondable du terrain sera donc plantée d’arbres et d’arbustes par des élèves de l’école locale pour créer des habitats plus propices pour la faune. Le reste de la terre sera cultivée en prairie pérenne, entre autres, pratique favorable à la nidification des oiseaux. 

Il est important de respecter l’écoulement naturel des cours d’eau. Les zones inondables, comme les plaines de débordement, doivent conserver leur végétation indigène. Il est possible d’y adapter les pratiques agricoles, comme en évitant de travailler le sol tel que le requièrent les cultures annuelles. Les cultures pérennes, dans les cas où la première fauche est tardive afin de permettre la nidification réussie d’oiseaux au sol, et les pâturages peuvent y être compatibles. D’ailleurs, le broutage léger s’avère bénéfique à la captation du carbone atmosphérique en stimulant un enracinement plus profond. 

Ce projet démontre comment CNC accélère le rythme de la conservation au pays. Au cours des deux dernières années seulement, son travail a influencé la protection de plus de 1 million d’hectares (soit près du double de la superficie de l’Île-du-Prince-Édouard), et ce, d’un océan à l’autre et à l’autre. Dans les années à venir, l’organisme doublera son impact en mobilisant la population canadienne et en livrant des résultats durables et d’envergure en conservation.  

Face au déclin rapide de la biodiversité et aux changements climatiques, la nature est notre alliée. Et aucune de ces crises ne pourra être résolue sans que soit conservée la nature.  

Lorsque la nature prospère, nous en bénéficions tous.

Citations

« Nous nous sentons privilégiés de pouvoir mettre en valeur cette terre agricole au cœur du village de Frelighsburg. Pour CNC, il est important de montrer qu’il est possible de cultiver une terre riveraine dans les Cantons-de-l’Est, tout en respectant la faune et son habitat. C’est un projet où cohabitent en harmonie la balle de foin, la tortue des bois et le goglu des prés! » 

-Julien Poisson, directeur de programmes à Conservation de la nature Canada 

« Nous souhaitons que ce projet soit rassembleur et donne un sentiment d’appartenance et de fierté aux propriétaires riverains. Nous voulons aussi utiliser cette démarche afin de promouvoir l’implication des jeunes et de la population aux enjeux reliés à l’environnement dans notre région. »  

- Jean-Martin Fortier, cofondateur de l'institut Jardinier Maraîcher 

Remerciements 

Ce projet a été possible grâce à trois citoyens qui ont attiré l’attention de CNC sur cette terre : Jean-Martin Fortier, sa conjointe Maude-Hélène Desroches, et Julie Bellefroid. L’acquisition a ensuite été réalisée avec l'appui financier du gouvernement du Canada agissant par l'entremise du ministère de l'Environnement et du Changement climatique, du US Fish and Wildlife Service, ainsi que des dons privés. 

À propos 

Conservation de la nature Canada (CNC) est la force rassembleuse au pays pour la sauvegarde de la nature. Par la conservation permanente de vastes territoires, CNC apporte des solutions à la double crise du déclin rapide de la biodiversité et des changements climatiques. Partenaire de confiance, CNC œuvre aux côtés de particuliers, de communautés, d’entreprises et de gouvernements afin de protéger et veiller sur nos aires naturelles les plus importantes. Depuis 1962, CNC a mobilisé la population canadienne pour aider à conserver et restaurer plus de 15 millions d’hectares. Au Québec, près de 50 000 hectares ont été protégés. Avec la nature, nous créons un monde prospère. 

Le Fonds des solutions climatiques axées sur la nature du Canada est un investissement de 631 millions de dollars sur 10 ans qui a pour objectif d’aider à restaurer et à renforcer les milieux humides, les tourbières et les prairies afin de mieux affronter la double crise des changements climatiques et de l’appauvrissement de la biodiversité. Le Fonds se concentrera sur trois objectifs principaux : 1) la restauration des écosystèmes dégradés, 2) l’amélioration des pratiques de gestion des terres, en particulier dans les secteurs de l’agriculture, de la foresterie et du développement urbain, et 3) la conservation des écosystèmes riches en carbone qui risquent fortement d’être converti à d’autres usages qui libéreraient le carbone accumulé. Ensemble, ces projets contribueront à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à l’augmentation de la séquestration du carbone, tout en offrant des avantages pour la biodiversité et le bien-être humain. 

Le North American Wetlands Conservation Act (NAWCA) est un programme administré par le U.S. Fish and Wildlife Service.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC | twitter.com/NCC_CNCMedia

- 30 -

Renseignements

Audrey Martel
Assistante communications et marketing, (B. Sc. Biologie)
Conservation de la nature Canada
877 876-5444, poste 6222

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain