Île du Moine (Photo d'Annie Favreau-Leclerc)

Île du Moine (Photo d'Annie Favreau-Leclerc)

Des nichoirs à l’île du Moine : favoriser le retour d’une espèce menacée

L'équipe à l'île du Moine, Québec (Photo de CNC)

L'équipe à l'île du Moine, Québec (Photo de CNC)

Nos étés ne seraient pas les mêmes sans l’hirondelle rustique et son chant désordonné. Mais, même si cette espèce compte parmi les plus répandues au monde, au Canada, elle est considérée menacée depuis 2011. Ses populations ont commencé à chuter dans les années 1980; la modification des prairies, des champs et des prés, milieux qu’elle fréquente, est considérée comme l’une des causes de ce déclin. Conservation de la nature Canada (CNC) travaille actuellement à réintroduire cette espèce, notamment par l’installation de nichoirs, sur l’une de ses propriétés : l’île du Moine à Sainte-Anne-de-Sorel, en bordure du lac Saint-Pierre.

Le projet Retour au pâturage à l’île du Moine

Une vache à l'île du Moine, Québec (Photo d'Annie Favreau-Leclerc)

Une vache à l'île du Moine, Québec (Photo d'Annie Favreau-Leclerc)

L’île du Moine, une terre de plus de 500 hectares, dont 160 servant au pâturage, était autrefois fréquentée par quelque 30 espèces d’oiseaux champêtres. C’est après le retrait des bovins de l’île, il y a quelques années, que ces oiseaux se sont faits beaucoup plus rares. En effet, les vaches attirent les insectes dont les oiseaux champêtres se nourrissent. Le projet Retour au pâturage à l’île du Moine, réalisé par CNC en partenariat avec la Commune de l’île du Moine, vise à y favoriser le retour de ces oiseaux, et plus particulièrement de l’hirondelle rustique. Dans cette perspective, CNC et ses partenaires ont donc restauré les pâturages historiques de l’île, où ils ont par la suite réintroduit des vaches.

L’équipe à l’œuvre

Des bénévoles installent des nichoirs à l'île du Moine, Québec

Des bénévoles installent des nichoirs à l'île du Moine, Québec

Si l’hirondelle rustique a de nouveau accès à une source de nourriture importante, là ne s’arrête pas le travail! Pour assurer un retour durable de cette espèce, il faut également veiller à ce qu’elle ait accès à des espaces propices à la construction de son nid. C’est pourquoi en novembre dernier, quelques membres de la Commune de l’île du Moine, une employée de CNC et trois Bénévoles pour la conservation se sont réunis pour installer une structure de nidification sur le côté ouest de l’île. Les membres de la Commune, composée d’agriculteurs locaux et de citoyens de Sainte-Anne-de-Sorel, avaient déjà conçu les différentes parties de la structure de nidification, que l’équipe s’est chargée d’assembler. L’hirondelle rustique, qui élit souvent domicile dans des structures érigées aux abords des milieux agricoles (granges, ponts et remises) pourra y nicher.

CNC et ses partenaires veilleront à ce qu’elle réintègre ses quartiers de prédilection; des suivis seront effectués pour vérifier le taux d’occupation de la structure. Outre les oiseaux champêtres, plusieurs espèces bénéficieront de cette structure; ses 8 nichoirs sont surmontés d’une ouverture, propice aux chauves-souris!

Remerciements

Île du Moine, Québec  (Photo d'Annie Favreau-Leclerc)

Île du Moine, Québec (Photo d'Annie Favreau-Leclerc)

CNC aimerait tout spécialement remercier Natasha Doutre, membre de la Commune de l’île du Moine, pour avoir conçu la structure de nidification, dont les plans ont été fournis par le Regroupement QuébecOiseaux, et guidé les participants dans le processus d’assemblage. CNC aimerait aussi remercier les autres membres de la Commune présents ainsi que les bénévoles.

L’activité n’aurait pu avoir lieu sans l’aide financière de la Fondation de la faune du Québec dans le cadre du programme Mise en valeur de la biodiversité en milieu agricole, du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, conjointement avec Environnement et Changement climatique Canada, par l’entremise du programme Interactions communautaires dans le cadre du Plan d’action Saint-Laurent.

CNC souhaite également souligner la participation au projet du Comité ZIP du lac Saint-Pierre, du Regroupement des Sauvaginiers du Lac Saint-Pierre (RSLSP), de la Société de conservation, d'interprétation et de recherche de Berthier et de ses îles (SCIRBI) et de Canards Illimités Canada (CIC).

Autre article

Des citoyens participent à un projet de restauration du patrimoine naturel à l’île du Moine

Vous voulez aider à préserver l’hirondelle rustique? Faites un don!

Pleins feux sur nos sympathisants