Baie Chapman, Québec (photo de CNC)

Baie Chapman, Québec (photo de CNC)

Réserve naturelle Alfred-Kelly, QC (Photo de CNC)

Réserve naturelle Alfred-Kelly, QC (Photo de CNC)

Une façon originale de contribuer au travail de CNC : donner des mots !

Conservation de la nature Canada (CNC) a rencontré son très estimé traducteur bénévole Patrick et, charmés par son enthousiasme et sa générosité, nous tenions à partager cette entrevue avec vous.

 

CNC : Bonjour Patrick, c’est un plaisir de vous rencontrer !

Patrick Riley [PR] : Pas de vouvoiement! C’est un plaisir pour moi aussi, mais tutoie-moi s’il te plait!

CNC : Oh, pas de problème! Votre...Ton travail est très précieux pour nous et nous voulions reconnaître ta générosité par l’entremise d’un article à ton sujet. Le but est aussi d’inspirer les gens à contribuer et à soutenir notre travail, même si ce n’est pas nécessairement par des dons en argent.

PR : Je n’ai pas besoin d’une telle reconnaissance, mais si ça peut aider, ça me fait plaisir de me prêter au jeu!

CNC : Super! Est-ce que vous… euh, tu peux me parler un peu de ta carrière de traducteur?

Pointe-Saint-Pierre, QC (Photo de Roger-St-Laurent)

Pointe-Saint-Pierre, QC (Photo de Roger-St-Laurent)

PR : Je suis né aux États-Unis, mais je suis arrivé à Montréal à quatre ans, et c’est donc où j’ai vécu la majeure partie de ma vie. Je ne suis pas traducteur de formation; en fait, j’ai travaillé au gouvernement où je devais traduire beaucoup de choses. J’ai finalement décidé de prendre ma retraite jeune et de faire des contrats de traduction de la maison. En 2013, CNC est entré en contact avec moi pour traduire quelques textes. Comme j’en ai fait plusieurs au fil des ans, j’ai fini par apprendre le jargon, les termes plus spécifiques à la nature et j’ai finalement dit à CNC il y a un an ou deux que je n’avais plus besoin d’être rémunéré pour ce travail.

CNC : C’est très généreux! Ça doit demander beaucoup de ton temps?

PR : C’est ma part pour la conservation des milieux naturels et ça me fait plaisir! Et puis ça me permet de me tenir au courant des projets, puisque c’est un peu comme lire les nouvelles! C’est inspirant de voir tous les efforts faits pour la protection de l’environnement.

CNC : Est-ce que la nature a toujours eu une place importante dans ta vie?

PR : Oui! Quand j’étais jeune, on allait chez mes grands-parents aux États-Unis et leur terrain donnait sur un parc. J’ai grandi avec les grenouilles, les fleurs, les insectes… Aujourd’hui, je transmets cette passion à mes deux filles.

CNC : Et est-ce que tu t’impliques dans d’autres domaines?

PR : Je fais aussi des traductions gratuitement pour un organisme à but non lucratif qui aide les parents à faire l’école à la maison. On fait l’école à nos deux filles et ce n’est pas évident pour tout le monde. Je suis d’origine anglophone et je sais que c’est un défi de s’intégrer au Québec quand on ne parle pas français. C’est ma façon d’aider les personnes unilingues à mieux connaître le Québec. Ça me permet aussi de soutenir des causes qui me tiennent à cœur en leur donnant plus de visibilité. C’est rare de trouver une personne qui se spécialise en traduction et qui a les moyens de donner de son temps comme ça; et encore plus d’en trouver une qui est fiable qui travaille rapidement! (Rires)

Kenauk, QC (Photo de Mike Dembeck)

Kenauk, QC (Photo de Mike Dembeck)

CNC : Ton amour de la nature et ton envie de t’impliquer sont très clairs, mais pourquoi CNC ? Qu’est-ce qui t’a marqué dans ton travail avec nous, au point de décider d’offrir bénévolement tes services quelques années plus tard?

PR : Il y a deux choses. En traduisant les textes, j’ai réalisé que les gestes posés, les terrains achetés et les noms qui étaient mentionnés étaient près de moi. Je veux dire qu’il y a des noms de personnalités que je reconnais et des noms de lieux qui sont tous près de chez moi à Gatineau. J’aime sentir que j’ai un impact direct… pas tout à fait en réalité, puisque je traduis des textes, mais tu me comprends! J’aime l’idée d’avoir un impact concret sur quelque chose qui nous concerne tous : la nature.

CNC : Je comprends. Quelle est la deuxième chose qui rend ton expérience de bénévole pour CNC si spéciale?

PR : L’équipe est positive! CNC n’est pas dans le blâme ou sur la défensive, c’est seulement du positif! Il y a un enthousiasme pour l’environnement, une bonne qualité de communication, une belle équipe. Je sens vraiment qu’on travaille pour la nature.  Pour un traducteur, le rendement est très bon aussi et c’est valorisant : tout ce que j’ai traduit a été publié! Et dans le domaine, c’est très rare! Je sens qu’on avance. Un communiqué mène toujours à un autre; il y a du progrès et surtout, ça reste toujours… je l’ai déjà dit positif! C’est… ouais, c’est juste toujours positif! Quand faire du bénévolat est si agréable, c’est facile de s’impliquer !

Réserve naturelle des Montagnes-Vertes (Photo de Don et Karol Dabbs)

Réserve naturelle des Montagnes-Vertes (Photo de Don et Karol Dabbs)

CNC : Wow, merci pour ton témoignage Patrick, c’est vraiment inspirant!

PR : Si mon travail vous aide, j’en suis très heureux!

CNC : Évidemment que ça nous aide! Je te remercie infiniment pour ton temps!

PR : Ça me fait plaisir. Tu m’enverras l’article, je le traduirai! (Rires)

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain